Reste avec nous Seigneur

Réflexion biblique pour le premier dimanche de Pâques

Emmaus iconL’histoire biblique des deux disciples d’Emmaüs raconte comment un chemin de tristesse peut devenir une promesse d’espérance. Deux compagnons découragés ont quitté Jérusalem. Tandis qu’ils s’éloignent de la Ville Sainte, un inconnu les rejoint, s’approche, les interroge et commence à leur parler.

Pour les disciples en route vers Emmaüs, la nouvelle les a fait sortir de leur propre apitoiement et de leur mauvaise interprétation des Écritures.  Par ailleurs, cette nouvelle les a amenés à se plonger plus profondément dans le mystère de la passion et de la mort de Jésus.

L’histoire d’Emmaüs parle du pain rompu et partagé au petit groupe.  Mais c’est encore peu de chose pour lui. Si ce geste n’est pas habité par une lumière plus profonde, il ne vaut rien du tout.

Quelque chose s’éveille en eux et les bouleverse intérieurement : «Notre coeur n’était-il pas tout brûlant tandis qu’il nous parlait sur la route?», diront-ils, lorsque leurs yeux s’ouvriront et reconnaîtront Jésus ressuscité.

Ce récit biblique des disciples d’Emmaüs est avant tout une école de prière pour notre vie.  L’itinéraire des deux disciples nous offre un modèle et une consolation nous aidant à découvrir la présence de Dieu qui marche avec nous, surtout dans des moments difficiles, de désespoir, et de tristesse. [Read more…]

« Comme des fioles d’albâtre de nard… »

Réflexion biblique pour le Veillée pascale, année C

Je considère le chapitre sur la résurrection (24) de l’évangile de Luc comme une belle symphonie en trois mouvements. Dans le premier mouvement du tombeau vide (vv.1-12), Dieu seul dénoue une situation sans espoir et sans issue. Dans le deuxième mouvement du récit d’Emmaüs (vv.13-35), Dieu, en la personne de Jésus, accompagne des personnes dans leur chemin à travers les ruines du désespoir et de la mort. Les récits du troisième mouvement présentent Jésus parmi ses disciples (vv.36-53) et conduisent les personnes à une expérience de  communauté.

Femmes au tombeauL’évangile pour la vigile de Pâques cette année (24, 1-12) est le premier mouvement d’une symphonie de résurrection. Ce sont d’abord les femmes qui découvrent le tombeau vide et reçoivent le message des anges que Jésus est ressuscité. Tandis que les femmes ne sont pas nommées au chapitre 23, nous apprenons en 24,10 qu’il s’agissait de Marie Madeleine, Jeanne et Marie, la mère de Jacques. Même si les apôtres allaient être des témoins de la résurrection (Actes 1, 22), ils semblent être dans le désarroi tandis que les femmes disciples sont là pour recevoir la joyeuse nouvelle.

L’histoire du tombeau vide commence par une référence aux épices que les femmes avaient préparées. Le passage précédent racontant l’enterrement de Jésus (23, 50-56) se termine avec une note selon laquelle les femmes qui étaient venues avec Jésus de Galilée ont suivi Joseph d’Arimathie et ont vu le tombeau ainsi que la manière dont le corps de Jésus y avait été étendu. Les femmes connaissaient le tombeau exact où Jésus avait été placé. Il n’y avait aucune possibilité de confondre le tombeau. Après avoir préparé des épices et des onguents, elles se sont reposées le jour du sabbat d’après la loi juive. Le sabbat terminé elles sont venues embaumer le corps de Jésus pour qu’il ait un enterrement approprié. [Read more…]

Le spécialiste des Croix et du port de la croix…

Réflexion biblique pour le Vendredi Saint C

Chaque année le Vendredi Saint, nous revivons les événements tragiques de la Passion de notre Sauveur jusqu’à à sa crucifixion sur le Golgotha. Il y a une question lancinante au sujet de cette journée qui a résonné partout dans l’histoire. Sur le Calvaire, au milieu de ce désastre, où était Dieu? Même Jésus le Seigneur a implorée dans ses pleurs, sur le bois de la croix : « Où es-tu? M’as-tu réellement oublié? Pourquoi es-tu sourd à la voix de ma plainte. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Le salut est loin de moi, loin des mots que je rugis » (Psaume 22).

CRUCIFIXLes lectures profondément émouvantes de la liturgie d’aujourd’hui ne se concentrent pas sur le cadavre de Jésus mais elles vont et viennent délicatement entre Jésus mort et la communauté affligée. Les passages sont remplis de paroles de douleur et d’espérance, de mort et de vie. Dans la lecture de la lettre aux Hébreux (4,14-16; 5,7-9), l’auteur contemple l’agonie de Jésus au jardin en relation avec les sacrifices du temple et le sacerdoce selon les Écritures hébraïques.

Nous découvrons notre Dieu qui permet qu’un Vendredi Saint surviennent: un Dieu-homme qui est toujours fils comme nous en toutes choses, à l’exception du péché. Loin de créer un abîme entre le Christ et nous-mêmes, nos épreuves et nos faiblesses sont devenues les lieux privilégiés de notre rencontre avec Lui et non seulement avec Lui, mais avec Dieu lui-même, grâce à cet homme sur la croix. À partir de maintenant, aucun de nous ne peut s’abaisser dans une situation douloureuse sans trouver le Christ présent à nos côtés.  Si les épreuves de l’existence humaine ont donné au Christ sa position présente proche de Dieu, alors il a été revêtu de gloire et d’honneur pour avoir souffert la mort. [Read more…]

Devine qui vient dîner!

Réflexion biblique pour le Jeudi Saint C (Cène du Seigneur)

LavementdespiedsEn commémorant les événements de la Semaine Sainte, nous faisons plus que de rappeler les souffrances et la glorification du Christ. En réalité nous célébrons sa vie et nous partageons sa victoire. À travers sa passion, sa mort et sa résurrection, Jésus  accomplit la mission à laquelle son père l’appelle. Il est vainqueur du péché et restaure l’humanité dans la justice de Dieu.

Le Jeudi saint marque la fin du temps de Carême. Cette nuit, d’une manière très spéciale, nous faisons l’expérience de Jésus qui se donne lui-même dans l’Eucharistie, qui nous est offerte. Cette nuit, nous commençons les trois jours qui sont au centre de notre année, et en vérité de la foi chrétienne. Les lectures des écritures de la messe de la Cène du Seigneur (Ex 12,1-8. 11-14 et Ps 115,12-13) nous enracinent profondément dans notre passé juif, célébrant la Pâque avec le peuple juif, recevant de saint Paul (1 Cor 11,23-26) ce qui lui a été transmis, à savoir le banquet eucharistique. Dans l’évangile (Jean 13,1-15) nous regardons Jésus bien en face alors qu’il s’agenouille devant nous pour laver les pieds en humble service. Cette nuit, Jésus nous donne une image de ce à quoi l’Église est supposée ressembler. 

Nous contemplons le Christ dans le Chambre haute, la veille de sa Passion, lorsqu’ il se donne en offrande à l’Église, instituer le sacerdoce ministériel et laisser à ses disciples le nouveau commandement de l’amour. De cette façon, il souhaita rester avec nous par le sacrement de l’Eucharistie, se faisant lui-même la nourriture du salut. Après la messe du repas du Seigneur, nous resterons, veillant en adoration Lui, obéissant au désir qu’il exprima à ses apôtres dans le Jardin des Oliviers : « Demeurez ici et veillez avec moi » (Mt 26, 38). [Read more…]

Une semaine pas comme les autres

Réflexion du père Thomas Rosica à l’occasion du début de la Semaine Sainte.

Suivre Jésus sur le chemin royal de la Croix

Réflexion biblique pour le dimanche des Rameaux C

Cette année, au dimanche des Rameaux, nous entendons deux parties de l’évangile de Luc – le premier à la bénédiction des Rameaux et le second lors de la lecture du récit de la Passion. Avec l’entrée royale de Jésus à Jérusalem, (19, 28-21,38) une nouvelle section de l’évangile commence – le ministère de Jésus à Jérusalem avant sa mort et résurrection.

RameauxDans un élan d’enthousiasme, le peuple de Jérusalem a agité les palmes et accueilli Jésus comme il entrait dans la ville, monté sur un âne. L’acclamation : «Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur » (v.38) est présente seulement dans l’évangile de Luc où est explicitement donné à Jésus le titre de roi lorsqu’il entre en triomphe dans Jérusalem. Luc a inséré ce titre dans les paroles du psaume 118,26 qui annonçait l’arrivée des pèlerins venant vers la ville sainte et au temple. Jésus est acclamé comme roi et comme celui qui vient (Malachie 3,1; Luc 7,19). L’acclamation des disciples: « Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux» fait écho à l’annonce des anges à la naissance de Jésus (Luc 2,14). La paix que Jésus apporte est associée au salut qui doit être accompli à Jérusalem. Il y a une unité interne entre les récits de l’enfance et la passion de l’évangile de Luc.

Luc est lié à Marc pour la composition du récit de sa Passion (22,14-23.56) mais il a incorporé beaucoup de sa propre tradition dans le récit. On distingue plusieurs parties dans le récit de la Passion de Jésus dans Luc: 1 la tradition de l’institution de l’Eucharistie (22, 15-20); 2 Le discours d’adieu de Jésus (22,21-38); 3 Le mauvais traitement et l’interrogation de Jésus (22,63-71); 4 Jésus devant Hérode et sa seconde apparition devant Pilate (23,6-16); 5 les paroles adressées aux femmes qui suivaient le chemin de croix (23, 27-32); 6 les paroles au larron pénitent (23, 39-41); 7 la mort de Jésus (23,46, 47b-49). [Read more…]

Le jour où pauvreté et miséricorde se sont rencontrées

Réflexion biblique pour le 5e dimanche de Carême C

Le récit émouvant de l’évangile de ce dimanche (Jean 8, 1-11) relate l’épisode de la femme adultère en deux scènes très vives : dans la première, nous sommes témoins d’une discussion entre Jésus, les scribes et les pharisiens au sujet d’une femme prise en flagrant délit d’adultère qui, selon les prescriptions du Lévitique (20, 10), devait être lapidée ; dans la seconde, d’un bref mais émouvant dialogue entre Jésus et la femme pécheresse.

lafemmeadultereAucun autre événement de la vie de Jésus n’illustre plus clairement le triomphe de la miséricorde sur la justice que ce récit. Deux aspects nous intriguent : le premier c’est que cette histoire de Jean est absente de la plupart des manuscrits anciens grecs et n’est certainement pas à sa place dans le quatrième évangile. Le style et le langage semblent plus proches de celui de Luc que de celui de Jean.

Les seuls mots qui ne sont pas communs dans l’évangile de Jean incluent « Le Mont des Oliviers » (8, 1), « Les scribes »  (8, 3) et « Je condamne » (8, 11), tous les autres mots se trouvent très communément dans les évangiles synoptiques. Les mots et phrases comme « Tout le monde » (8, 2) et « les scribes et les pharisiens » (8,3) sont plus communs à Luc. Cependant, en dépit du fait de la présence de ces mots de Luc dans cette histoire, il s’y trouve aussi des phrases non-lucaniennes qui suggèrent  un texte non-lucanien.

D’autre part, quelques paroles de ce récit ne se trouvent nulle part ailleurs dans les évangiles : « en action » (8, 4), « sans péché » (8, 7) et « resta seul » (8, 9). Il n’y a aucun doute que le langage de ce récit le rend unique à l’intérieur du Nouveau Testament. [Read more…]

Seigneur, si seulement tu avais été là

Réflexion biblique pour le 5e dimanche de Carême en initiation à la vie chrétienne pour adultes (vidéo)

En chemin, apprendre à lire les signes d’amour

Réflexion biblique pour le quatrième dimanche de Carême C

Le chapitre 15 de l’évangile de Luc est souvent surnommé la « collection des perdus et retrouvés » du Nouveau Testament car il débute par la parabole de la brebis perdue (vv. 1-7), suivie par la parabole de la pièce perdue (vv. 8-10), atteignant son apogée dans la parabole du fils prodigue (vv. 11-32).

fils prodigueLe récit du Fils prodigue dans l’évangile de ce dimanche  est l’un de ces joyaux rares qui captive chaque auditeur, cette parabole symbolise les talents de Luc en tant que conteur, son habileté à peindre une scène avec tant d’éclat et de sensibilité dans les relations humaines que cela peut rejoindre l’expérience de chacun. La plupart d’entre nous avons joué chacun de ces rôles, à différents moments de nos vies: celui de parent aimant, apparemment trop indulgent, celui de jeune homme qui a fait ses expériences pour grandir, faible en immoralité et en orgueil, désespérément en manque de miséricorde; celui de fils aîné responsable et au dessus de tout reproche, qui est frustré par la générosité et la clémence en réponse à la faiblesse et aux péchés des autres. Il y a un peu de ces traits de tempérament en chacun de nous, l’unique et merveilleuse parabole de Fils prodigue visait les contemporains de Jésus, des bonnes gens, qui n’appréciaient guère son attitude fraternelle envers les collecteurs d’impôts et les gens de mauvaise réputation.

En 1984, dans son exhortation apostolique Reconciliatio et Pænitentia qui suit le Synode sur la Réconciliation, le pape Jean-Paul II a écrit : « La parabole du fils prodigue est avant tout l’histoire ineffable du grand amour d’un Père – Dieu – qui offre à son fils, revenu à lui, le don de la pleine réconciliation… elle rappelle donc la nécessité d’une profonde transformation des cœurs pour redécouvrir la miséricorde du Père et pour vaincre l’incompréhension et l’hostilité entre frères et sœurs ». [Read more…]

L’aveugle-né, ou comment fixer son regard sur la Lumière

Réflexion biblique pour le 4e dimanche de Carême en initiation à la vie chrétienne pour adulte

Commandez les réflexions du père Rosica pour le RICA en téléphonant au 1-888-302-7181