A l’approche des JMJ

IMG_1151Les pèlerins sont désormais légion dans les rues de Rio de Janeiro. On sent dans cette ville comme une atmosphère particulière. Avec leur T-shirt JMJ Rio 2013, et leurs drapeaux venant des quatre coins du monde, les pèlerins s’interpellent les uns les autres. Ensemble ils partagent déjà leur expérience diocésaine dans les différentes villes du pays, ils chantent, ils dansent, et ils prennent la photo « familiale ». Car tous appartiennent à la même famille : L’Eglise catholique, dont on perçoit clairement la dimension universelle à travers ses rassemblements.

IMG_1222Ce lundi, le pape François arrivera à Rio de Janeiro. Son emploi du temps est très chargé : il s’entretiendra avec la présidente du Brésil, Dilma Roussef. Il célébrera une messe au sanctuaire d’Aparecida, pour rendre hommage à la sainte patronne du Brésil. Il rencontrera de jeunes détenus et et se rendra dans les favelas de Rio. Il présidera également plusieurs événements des ces journées mondiales de la Jeunesse. Mais en attendant l’arrivée du pape François, chacun y va de son talent. Sur la plage et dans la rue, on croise parfois le visage du pape peint sur mur mur ou dessiné sur le sable. Dans les kiosques la venue du pape fait la Une des journaux. Devant les églises, son portrait  est affiché en grand. Quant aux infrastructures qui accueilleront le Saint-Père et les pèlerins dès lundi, elles sont déjà  toutes montées depuis plusieurs jours.

IMG_1177Le Brésil représente aujourd’hui 44% des catholiques du monde. En rencontrant dans ce pays la jeunesse du monde, le pape François réalise son premier voyage à l’étranger. « Allez ! de toutes les nations, faites des disciples » !

Les débuts du pape François : « un véritable séisme »

Le 13 mars 2013 marque le début du pontificat du pape François. En quelques jours, par ses premiers mots et ses premiers gestes, il a imposé son style : direct, spontané, proche des gens. Provoquant « un engouement très fort », et allant jusqu’à changer l’image de l’Eglise « auprès des fidèles chrétiens ». C’est l’analyse de Romilda Ferrauto, rédactrice en chef de la section française de Radio Vatican. Dans un entretien accordé à Sel et Lumière, elle livre ses impressions, sur les premiers mois du pape François. Elle est interrogée par Charles Le Bourgeois.

Commentaires de Mgr Prendergast au sujet de la première encyclique du pape François

Mgr Terrence Prendergast, s.j., archevêque d’Ottawa, a fait la déclaration suivante au sujet de la publication de la lettre encyclique sur la foi intitulée « Lumen Fidei » – La lumière de la foi :

« C’est avec une grande joie que j’accueille la première encyclique du pape François. Ses réflexions sur la foi sont en continuité avec tout ce que le Magistère de l’Église enseigne sur cette vertu théologale. Lumen Fidei s’ajoute aux deux encycliques que le pape émérite Benoît XVI a écrites au sujet de la charité et de l’espérance. En cette Année de la foi, cette encyclique sur la foi sera certainement bien accueillie par tous et toutes.
Dans ce document, le Saint-Père proclame que la foi qui vient de Dieu est une lumière qui éclaire tous les aspects de l’existence humaine et qui est née d’une rencontre avec le Dieu vivant qui révèle son amour, un amour qui nous précède et sur lequel nous pouvons nous appuyer pour la sécurité et pour la construction de nos vies.
Le message du pape François sur l’importance fondamentale de la foi nous affermit dans l’amour de Dieu et nous invite à voir que la souffrance nous rappelle que le service de la foi pour le bien commun est toujours un message d’espérance – l’espérance qui regarde vers l’avenir en sachant que c’est seulement de Dieu, dans le Christ ressuscité, que notre société peut trouver des bases solides et durables.
Au cours de cette saison estivale, où nous avons généralement plus de temps libre, j’encourage tous les fidèles de l’archidiocèse d’Ottawa à lire cette encyclique du pape François. Que son message puisse trouver « bonne terre » dans nos vies, prendre racine et produire de beaux fruits pour nous-mêmes, nos familles, nos communautés, notre Église et pour le monde. »

Les débuts du pape François en 7 minutes

Moments de transition et joie stupéfiante

 

rosica_pope_francis_610x343

Pour l’Osservatore Romano    

 

P. Thomas Rosica, csb

Directeur général de la  Fondation catholique Sel et Lumière média

 

Le 11 février 2013 n’a pas seulement ébranlé l’Église mais il a effectué un grand changement dans ma vie. Tôt ce matin-là à Rome, le Pape a renoncé à sa charge et pris le monde et l’Église par surprise.

Quand mon collègue et ami, Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège m’a appelé et demandé de venir rapidement à Rome pour l’assister, j’ai compris que cette aide nécessitait de traiter un déluge de demandes de la part des médias, à la suite de la renonciation surprise du pape. Ayant organisé les Journées Mondiales de la Jeunesse au Canada en 2002 et servi comme attaché de presse dans deux synodes d’évêques en 2008 et 2012, fondé et dirigé le réseau de Télévision Sel et Lumière depuis 2003, j’avais une certaine idée du travail de communication avec les médias pour l’Église. Mais rien d’imaginable à cette expérience intimidante de servir en tant que porte-parole du Vatican pendant le Carême 2013 – une aventure qui inclut la renonciation du pape, le Sede Vacante ou Interregnum, un conclave prenant place sans l’atmosphère des funérailles du Pape, et l’élection-surprise du premier Pape provenant des Amériques, pas juste n’importe quel Pape, mais un Pape jésuite; le premier Pape moderne à avoir été ordonné prêtre après le concile Vatican II.

Pendant ce mois ce n’était pas un déluge mais un tsunami d’images, de récits, de rencontres, de gens et d’occasions qui allaient changer la vie et la direction de l’Église! Grâce à Dieu j’étais accompagné de l’un des jeunes réalisateurs de Salt and Light Television au Canada, Sebastian Gomes. Ensemble nous avons travaillé jour et nuit et Sebastian m’a soutenu durant cette expérience.

 

La renonciation

La renonciation du Pape Benoît a pu être un choc pour plusieurs dans l’Église et dans le monde. Personnellement, je ne fus pas surpris. Le Pape avait fait allusion à une possible renonciation durant le passé. Par l’annonce de sa démission, un théologien brillant et un professeur qui a été le champion de la tradition et a eu l’étiquette de «conservateur», nous a laissés avec un des gestes les plus progressistes effectués par un Pape. Connaissant ce qu’il a appelé son « incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié. », cet éminent homme timide, connu pour son exquise bonté, charité, douceur et humilité, a offert un dernier enseignement provocateur qui a ébranlé le monde. Nous n’avons aucun document, script ou notes laissées par le pape Célestin V (Pietro del Morrone, moine bénédictin) qui, submergé par la charge, a dû se retirer après 5 mois de pontificat en 1294.

[Read more…]

Homélie du Pape François à la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

60062_440398633665_5292433_n

Chers frères et sœurs !

C’est une joie pour moi de célébrer l’Eucharistie avec vous dans cette Basilique. Je salue l’Archiprêtre, le Cardinal James Harvey, et je le remercie pour les paroles qu’il m’a adressées ; je salue et remercie également les différentes institutions qui font partie de cette Basilique, ainsi que vous tous. Nous sommes sur la tombe de Saint Paul, un humble et grand Apôtre du Seigneur, qui l’a annoncé par la parole, lui a rendu témoignage par le martyre et l’a adoré de tout son cœur. Voilà justement les trois verbes sur lesquels je voudrais réfléchir à la lumière de la Parole de Dieu que nous avons écoutée : annoncer, témoigner, adorer.

1- Dans la première lecture, la force de Pierre et des autres Apôtres impressionne. À l’injonction de se taire, de ne plus enseigner au nom de Jésus, de ne plus annoncer son Message, ils répondent avec clarté : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ». Et le fait d’être flagellés, de subir des outrages et d’être emprisonnés ne les freine pas non plus. Pierre et les Apôtres annoncent avec courage, en toute vérité, ce qu’ils ont reçu, l’Évangile de Jésus. Et nous ? Sommes-nous capables de porter la Parole de Dieu dans nos milieux de vie ? Savons-nous parler du Christ, de ce qu’il représente pour nous, en famille, avec les personnes qui partagent notre vie quotidienne ? La foi naît de l’écoute, et se raffermit dans l’annonce. [Read more…]

Échos du Vatican

Tous les mardis à 19h35, ne manquez pas notre  nouvelle émission  Échos du Vatican. Un programme, qui revient sur l’actualité et les évènements du Vatican. Afin de répondre aux questions que vous vous posez sur le Vatican, son fonctionnement et son actualité, n’hésitez pas à nous contacter à info@seletlumièretv.org, ou sur notre page facebook https://www.facebook.com/seletlumieretv?ref=hl. Chaque semaine vous aurez la réponse à une de ces questions. L’émission vous sera présentée par Charles Le Bourgeois.

Rediffusion mardi à 23h35, et vendredi à 16h35

Paroles du Pape François à la fin du Chemin de Croix

408026_481823738550441_1046133895_n

Chers frères et sœurs,

Je vous remercie d’avoir participé nombreux à ce moment d’intense prière. Et je remercie aussi tous ceux qui se sont unis à nous par les moyens de communication, spécialement les personnes malades et les personnes âgées.

Je ne veux pas ajouter beaucoup de paroles. En cette nuit une seule parole doit demeurer, c’est la Croix elle-même. La Croix de Jésus est la Parole par laquelle Dieu a répondu au mal du monde. Parfois il nous semble que Dieu ne répond pas au mal, qu’il demeure silencieux. En réalité Dieu a parlé, a répondu, et sa réponse est la Croix du Christ : une Parole qui est amour, miséricorde, pardon. Elle est aussi jugement : Dieu nous juge en nous aimant. Si j’accueille son amour je suis sauvé, si je le refuse je suis condamné, non par lui, mais par moi-même, parce que Dieu ne condamne pas, lui aime et sauve seulement.

Chers frères et sœurs, la parole de la Croix est aussi la réponse des chrétiens au mal qui continue à agir en nous et autour de nous. Les chrétiens doivent répondre au mal par le bien, en prenant sur eux la croix, comme Jésus. Ce soir nous avons entendu le témoignage de nos frères du Liban : ce sont eux qui ont composé ces belles méditations et prières. Nous les remercions de tout cœur pour ce service et surtout pour le témoignage qu’ils nous donnent. Nous l’avons vu quand le Pape Benoît est allé au Liban : nous avons vu la beauté et la force de la communion des chrétiens de cette Terre et de l’amitié de tant de nos frères musulmans et de beaucoup d’autres. Ce fut un signe pour le Moyen Orient et pour le monde entier : un signe d’espérance.

Alors continuons ce Chemin de Croix dans la vie de tous les jours ! Marchons ensemble sur le chemin de la Croix, marchons en portant dans le cœur cette parole d’amour et de pardon. Marchons en attendant la Résurrection de Jésus !

Première audience générale du pape François

Extraits de la catéchèse du pape François, lors de sa première audience générale, ce mercredi 27 mars.

« Je suis heureux de vous accueillir à ma première audience générale », a dit le Pape François aux milliers de fidèles présents place St.Pierre pour participer à la première catéchèse de l’Evêque de Rome. « C’est avec gratitude et vénération -a-t-il poursuivi- que je prends le témoin des mains de mon prédécesseur Benoît XVI. Après Pâques, nous reprendrons les catéchèses de l’Année de la Foi. Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur la Semaine sainte. Avec le dimanche des Rameaux, nous avons commencé cette semaine, centre de toute l’année liturgique, pendant laquelle nous accompagnons Jésus dans sa Passion, sa mort et sa résurrection ».

« Mais -a demandé le Pape- que signifie vivre la Semaine sainte pour nous? Que signifie suivre Jésus dans son chemin sur le calvaire vers la croix et la résurrection? Dans sa mission terrestre, Jésus a parcouru les routes de Terre sainte; il a appelé douze personnes simples pour qu’elles restent avec lui, qu’elles partagent son chemin et qu’elles continuent sa mission…; il a parlé à tous sans distinction, aux grands et aux humbles…, aux puissants et aux faibles; il a porté la miséricorde et le pardon de Dieu; il a guéri, consolé, compris; il a donné l’espérance; il a porté à tous la présence de Dieu qui s’intéresse à tout homme et toute femme, comme le fait un bon père et une bonne mère envers chacun de ses enfants. Dieu n’attend pas qu’ils viennent à Lui, mais c’est Lui qui est allé vers nous… Jésus a vécu les réalités quotidiennes des gens les plus communs…: il a pleuré devant les souffrances de Marthe et Marie pour la mort de leur frère Lazare…; il a aussi vécu la trahison d’un ami. En Lui, Dieu nous a donné la certitude qu’il est avec nous, au milieu de nous… Jésus n’a pas de maison car sa maison ce sont les gens, c’est nous, sa mission est d’ouvrir à tous les portes de Dieu, d’être la présence d’amour de Dieu ». [Read more…]

Catéchèse du Pape François lors de sa première audience générale

887061_480906461975502_429192984_o

Chers frères et sœurs, avec le dimanche des Rameaux, nous avons commencé la Semaine Sainte, centre de l’Année liturgique où nous vivons le sommet du dessein d’amour de Dieu pour l’humanité. Jésus entre dans Jérusalem pour se donner totalement. Il remet entre nos mains son Corps et son Sang pour demeurer toujours parmi nous. Il se livre volontairement à la mort pour correspondre à l’amour et à la volonté de son Père, et pour manifester son amour pour nous. Son chemin est aussi le mien, le tien, le nôtre. Vivre la Semaine Sainte, c’est apprendre à sortir de nous-mêmes pour aller surtout vers ceux qui ont besoin de compréhension, de consolation, d’aide. C’est entrer davantage dans la logique de Dieu qui est avant tout celle de l’amour et du don de soi. C’est ‘sortir’ de nous-mêmes, de nos manières routinières de vivre la foi qui ferment l’horizon de l’action créative de Dieu. Nous devons ‘sortir’ pour chercher avec Dieu la brebis perdue. Dieu pense avec miséricorde ! La Semaine Sainte est un temps de grâce que le Seigneur nous donne pour ouvrir les portes de nos cœurs, de nos vies, de nos paroisses, de nos mouvements, de nos associations, et ‘sortir’ vers les autres pour leur apporter la lumière et la joie de notre foi.

Je salue avec joie les pèlerins francophones, en particulier ceux de France et du Québec, au Canada ! Notre monde a besoin de la présence vive de Jésus miséricordieux et riche d’amour. Je vous invite tous à bien vivre cette Semaine Sainte en suivant le Seigneur avec courage et en portant un rayon de son amour à ceux que vous rencontrerez. Bonne fête de Pâques !