N’est plus « monseigneur » qui veut !

De nouvelles normes ont été mises au point pour l’octroi des titres ecclésiastiques honorifiques dans les diocèses et de l’appellation « monseigneur ». La secrétairerie d’État du Saint-Siège a adressé une lettre circulaire aux nonciatures pour leur demander d’informer les épiscopats. Dorénavant, dans les diocèses, les titres ecclésiastiques honorifiques, accompagnés du qualificatif monseigneur, ne seront plus attribués qu’aux chapelains de Sa Sainteté, et uniquement aux prêtres âgés de plus de 65 ans.

L’appellation « monseigneur » continuera d’être liée à certaines charges importantes, par exemple à celle des évêques et des vicaires généraux des diocèses. Aucun changement en revanche en ce qui concerne la Curie romaine où les titres et qualificatifs de « monseigneur » sont reliés à certaines charges et au service requis. Pas de nouveauté non plus en ce qui concerne les décorations pontificales prévues pour les laïcs.

Ces nouvelles normes n’auront pas d’effet rétroactif. Ceux qui ont déjà reçu un titre pourront le garder. En 1968, déjà, Paul VI avait ramené à trois le nombre jusque là beaucoup plus important des titres ecclésiastiques honorifiques. La décision du Pape François se situe donc sur la même ligne, dans un souhait de simplification.

Radio Vatican

Solennité de l’Épiphanie : « A l’exemple des Mages, cherchons la Lumière »

1_0_761545Le Pape François a célébré lundi matin la messe de la solennité de l’Épiphanie, célébrée comme chaque année au Vatican le 6 janvier. Au cours de son homélie, le Saint-Père a invité à se mettre à l’école des Mages, qui surent faire confiance aux Ecritures, et orienter leur pèlerinage, sans repasser par le palais d’Hérode. « En la fête de l’Épiphanie, où nous rappelons la manifestation de Jésus à l’humanité dans le visage d’un Enfant, nous sentons près de nous les Mages, comme de sages compagnons de route. »

Les Mages a souligné le Pape, ont pu échaper à la torpeur de la nuit, dépasser ce moment d’obscurité du palais d’Hérode, où ils perdirent de vue l’étoile. Hérode et ses conseillers ont vu dans la naissance d’un fragile enfant une menace à leur pouvoir, ils ont craint que soient retournées les règles du jeu, démasquées les apparences a expliqué le Pape. François a alors invité à ne pas avoir peur de se détourner des fausses apparences du monde, d’une certaine modernité aveuglante, mettant ainsi en garde contre le “chant des sirènes“ de la mondanité appelant à revenir à Bethléem, « là où, dans la simplicité d’une maison de périphérie, entre une maman et un papa pleins d’amour et de foi »,est né Jésus.

Les vertus de la « sainte ruse »

Le souverain pontife a aussi souligné la « sainte ruse » dont ont su faire preuve les Mages, expliquant que cette rouerie spirituelle nous permet de reconnaître les dangers et de les éviter. « Ces sages venus d’Orient nous enseignent comment ne pas tomber dans les pièges des ténèbres et comment nous défendre de l’obscurité qui cherche à envelopper notre vie » a t-il expliqué. Par leur sagesse, ils nous enseignent à ne pas nous laisser tromper par les apparences, par ce qui pour le monde est grand, sage, puissant.

Voici le texte intégral de l’homélie du Pape:

“Lumen requirunt lumine”. Cette expression suggestive d’un hymne liturgique de l’Épiphanie se réfère à l’expérience des Mages : en suivant une lumière ils recherchent la lumière. L’étoile apparue dans le ciel allume dans leur esprit et dans leur cœur une lumière qui les envoie à la recherche de la grande Lumière du Christ. Les Mages suivent fidèlement cette lumière qui les envahit intérieurement, et ils rencontrent le Seigneur. [Read more…]

Le Pape en Terre Sainte pour un « pèlerinage de prière »

277356_10151022205910964_1134162458_oDu 24 au 26 mai prochain, le Pape se rendra à Amman, Bethléem et Jérusalem. A l’occasion de la prière de l’Angélus de ce dimanche, François a annoncé qu’il « effectuera un pèlerinage en Terre Sainte » dont le but principal sera de « commémorer la rencontre historique entre le Pape Paul VI et le patriarche Athënagoras, le 5 janvier 1964 ». Le Pape François a d’ailleurs choisi ce dimanche 5 janvier pour annoncer ce deuxième voyage apostolique à l’étranger, après les Journées Mondiales de la Jeunesse de Rio en juillet dernier.

Il y a 50 ans, en plein Concile Vatican II, dialogue interreligieux et œcuménisme furent au cœur de la visite de Paul VI en Terre Sainte, du 4 au 6 janvier 1964. Paul VI voulait à la fois ramener l’Eglise vers sa source, le Christ, mais aussi l’élargir au contact d’autres cultures lors de ce premier déplacement d’un Pape en avion et de ce premier voyage d’un souverain pontife à l’étranger depuis l’époque des guerres napoléoniennes.

Rencontre œcuménique entre le Pape et Bartholomée I au Saint Sépulcre 

Aujourd’hui le Pape François s’inscrit dans la démarche de son prédécesseur. Pour « commémorer la rencontre historique entre Paul VI et le patriarche Athënagoras », François annonce qu’une « rencontre œcuménique sera célébrée au Saint Sépulcre » avec tous les représentants des Eglises chrétiennes de Jérusalem, ainsi que le Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholoméos I.
A l’annonce de sa visite en Terre Sainte, le Pape demande aux fidèles de prier pour ce déplacement apostolique.

L’annonce du Pape dans son intégralité :

« Dans le climat de joie propre à ce temps de Noël, je désire annoncer que du 24 au 26 mai prochain, si Dieu le veut, je me rendrais en pèlerinage en Terre Sainte. Le but principal de ce pèlerinage est de commémorer la rencontre entre le Pape Paul Vi et le Patriarche Athenagoras, qui eut lieu exactement il y a 50 ans, le 5 janvier, comme aujourd’hui. Les étapes seront au nombre de trois : Amman, Bethléem et Jérusalem. Trois jours. Au Saint Sépulcre, nous célèbrerons avec le Patriarche de Constantinople, Bartholomée I, une rencontre œcuménique avec tous les représentants des Eglises chrétiennes de Jérusalem. Dès maintenant, je vous demande de prier pour ce pèlerinage, qui sera un pèlerinage de prière. » [Read more…]

La prière du Pape François à la Sainte Famille

Holy-Family-610x343A l’issue de la prière de l’Angélus et à l’occasion de la fête liturgique de la Sainte Famille célébrée ce dimanche, le Pape a récité une prière destinée aux familles du monde entier, en invoquant notamment la Sainte famille pour que les familles soient des « petites Églises domestiques ». Voici le texte de la prière du Pape:

Jésus, Marie et Joseph
en vous nous contemplons
la splendeur de l’amour véritable,
à vous nous nous adressons avec confiance.

Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles
des lieux de communion et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l’Évangile
et des petites Églises domestiques.

Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles on fasse l’expérience
de la violence, de la fermeture et de la division :
que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolation et guérison.

Sainte Famille de Nazareth,
que le prochain Synode des Évêques
puisse réveiller en tous la conscience
du caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu.

Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière.

Message de Noël du pape François : « Laissons notre coeur s’émouvoir pour construire la paix »

Urbi-et-Orbi-533x300Gloire et paix : ce sont les deux axes majeurs du message de Noël que le Pape François vient de lire depuis le balcon de la Loggia centrale de la basilique Saint-Pierre en ce jour de Noël devant une foule immense rassemblée place Saint-Pierre.

Le message du Pape fut donc d’abord et avant un message de paix, ou d’espoir de paix pour des peuples et des régions en guerre ou en crise. Tous les grands dossiers d’actualité ont ainsi été abordés. Expliquant avant tout que « la paix est un engagement de tous les jours, qu’on fait avancer à partir du don de Dieu, de sa grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ ».
Les premières pensées du Pape François vont aux « enfants qui sont les victimes les plus fragiles des guerres, aux personnes âgées, aux femmes maltraitées, aux malades ».

La Syrie, un conflit sans fin, qui a trop duré

Au niveau international, le premier pays cité est la Syrie, préoccupation majeure pour le Pape depuis son élection en mars dernier. « Le conflit en Syrie a trop brisé de vies ces derniers temps, fomentant haine et vengeance. Continuons à prier le Seigneur, pour qu’il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l’accès aux aides humanitaires. Nous avons vu combien la prière est puissante ! Et je suis heureux qu’aujourd’hui des croyants de diverses confessions religieuses s’unissent aussi à notre supplication pour la paix en Syrie. Ne perdons jamais le courage de la prière ! Le courage de dire : Seigneur, donne ta paix à la Syrie et au monde entier. » Le Pape François a fait référence à la veillée de prière qu’il a organisé en septembre au plus fort des tensions internationales concernant l’usage d’armes chimiques par le régime syrien.

Outre la Syrie, le Pape François a évoqué le Proche-Orient, priant Dieu qu’il bénisse « la Terre que tu as choisie pour venir dans le monde et fais aboutir à une heureuse issue les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens ». « Guéris les plaies de l’Irak bien-aimé, encore frappé par de fréquents attentats ». [Read more…]

Homélie du pape François à la Messe de Minuit

christmas-eve-e13879284671921. «Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » (Is 9,1).
Cette prophétie d’Isaïe ne finit jamais de nous émouvoir, spécialement quand nous l’écoutons dans la Liturgie de la Nuit de Noël. Et ce n’est pas seulement un fait émotif, sentimental ; elle nous émeut parce qu’elle dit la réalité profonde de ce que nous sommes : nous sommes un peuple en chemin, et autour de nous – et aussi en nous – il y a ténèbres et lumière. Et en cette nuit, tandis que l’esprit des ténèbres enveloppe le monde, se renouvelle l’évènement qui nous émerveille toujours et nous surprend : le peuple en marche voit une grande lumière. Une lumière qui nous fait réfléchir sur ce mystère : mystère du marcher et du voir.

Marcher. Ce verbe nous fait penser au cours de l’histoire, à ce long chemin qu’est l’histoire du salut, à commencer par Abraham, notre père dans la foi, que le Seigneur appela un jour à partir, à sortir de son pays pour aller vers la terre qu’il lui indiquerait. Depuis lors, notre identité de croyants est celle de personnes en marche vers la terre promise. Cette histoire est toujours accompagnée par le Seigneur ! Il est toujours fidèle à son alliance et à ses promesses. Parce qu’il est fidèle, « Dieu est lumière, en lui point de ténèbres » (1 Jn 1, 5). De la part du peuple, au contraire, alternent des moments de lumière et de ténèbres, de fidélité et d’infidélité, d’obéissance et de rébellion ; moments de peuple pèlerin et moments de peuple errant.

Dans notre histoire personnelle aussi, alternent des moments lumineux et obscurs, lumières et ombres. Si nous aimons Dieu et nos frères, nous marchons dans la lumière, mais si notre cœur se ferme, si l’orgueil, le mensonge, la recherche de notre intérêt propre dominent en nous, alors les ténèbres descendent en nous et autour de nous. « Celui qui a de la haine contre son frère – écrit l’apôtre Jean – est dans les ténèbres : il marche dans les ténèbres, sans savoir où il va, parce que les ténèbres l’ont rendu aveugle » (1 Jn 2, 11). Peuple en marche, mais peuple pèlerin qui ne veut pas être peuple errant. [Read more…]

Angélus : « un Noël d’espérance, de justice et de fraternité »

1_0_757977A l’occasion de la prière de l’Angélus, ce dimanche, devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre et dont le flot ne tarit pas depuis l’élection de François, le Pape a tourné ses pensées vers les familles qui n’ont pas de logement et lancé un appel en faveur de la paix sociale en Italie.

Une banderole a attiré l’attention du Saint-Père : « Les pauvres ne peuvent pas attendre » pouvait-on lire. Sortant de son texte, le Pape François a tourné ses pensées vers toutes ces familles qui n’ont pas de maison, qui ne l’ont jamais eue ou qui l’ont perdue. « Il est difficile, a-t-il lancé, de faire vivre une famille sans avoir une maison ». D’où ce nouvel appel : « en cette période de Noël, je vous invite tous, individus, structures sociales, autorités, à faire tout ce qui est possible pour que chaque famille puisse avoir une maison ».

La figure inspiratrice de Joseph

Ce dimanche, le Souverain Pontife avait voulu le placer sous le signe de Saint Joseph, un homme bon, fidèle et juste, confronté à une dure épreuve et qui s’efforce d’accomplir la volonté de Dieu. Commentant l’Evangile du jour, il a relevé que Joseph ne s’obstine pas à suivre son propre projet de vie : il accepte sans amertume la mission que Dieu lui confie et préfère croire en Dieu plutôt que d’écouter les voix du doute et de l’orgueil humain. En renonçant à posséder sa propre existence pour se plier au dessein de Dieu, Joseph devient encore plus libre et il nous montre le chemin. Le Pape François a appelé les fidèles à ne pas se laisser empoisonner par des sentiments de haine, de dépit ou d’antipathie. [Read more…]

Le Pape François : « La Curie n’est pas un bureau d’inspection et d’inquisition »

1_0_757653Ce samedi matin, le Pape François avait rendez-vous avec la Curie pour les traditionnels voeux de Noël. Une rencontre et un discours d’autant plus attendu que le Pape s’est lancé dans une réforme du fonctionnement interne de la Curie romaine, mais aussi de ses rapports avec les épiscopats nationaux, avec la volonté de mettre en oeuvre de nouvelles formes de collegialité dans le gouvernement de l’Eglise. Il a ainsi créé une commission internationale de conseil, composée de huit cardinaux. Une commission à qui il a demandé de réfléchir à la bonne façon de gouverner l’Église pour préparer une réforme, et avec laquelle tout récemment il vient de passer trois jours à travailler, pour avant tout écouter leurs propositions.

Ce samedi matin, dans ce premier discours à la Curie de son pontificat, c’est à nouveau sur le profil d’homme de Curie idéal que le Pape s’est focalisé. Comme il l’avait déjà fait lors d’une longue conférence de presse sur l’avion qui le ramenait des JMJ de Rio de Janeiro, le Pape a cité en exemple le « modèle des vieux Curialistes », « des personnes qui travaillent avec compétence, avec précision, avec abnégation, accomplissant avec soin leur devoir quotidien ».Le Pape en a déduit les « caractéristiques du membre de la Curie : la professionnalité et le service. » Pour François, la professionnalité signifie compétence, étude, mise à jour. Quant au service, il s’entend comme un service au Pape et aux Évêques, à l’Église universelle et aux Églises particulières. « Et si l’on ne respire pas cette double dimension, entre universel et particulier, alors « la structure de la Curie grandit comme une pesante douane bureaucratique, d’inspection et d’inquisition et qui ne permet pas l’action du Saint Esprit et la croissance du peuple de Dieu ».

Le Pape François a ensuite ajouté une troisième qualité requise dans son portrait idéal de l’homme de Curie, à savoir « la sainteté de la vie. » Et le Pape d’ajouter: « Nous savons bien que c’est elle la plus importante dans la hiérarchie des valeurs. En effet, elle est aussi à la base de la qualité du travail, du service. » Et le Pape a exhorté une fois encore à éviter les commérages : « Sainteté dans la Curie signifie aussi objection de conscience aux bavardages ». Et pour le Pape le motif en est simple: « les bavardages abîment la qualité des personnes, du travail et de l’environnement. » [Read more…]

Pape François : « Dieu chemine avec nous ! »

1_0_75635677ème anniversaire du Pape François ce mardi. Comme à son habitude, le Pape a célébré la messe en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. A cette occasion, il a souhaité avoir autour de lui le personnel de cette maison, de manière à recréer une ambiance familiale à laquelle il tient tout particulièrement. A ses côtés pour concélébrer la messe, était présent le cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège cardinalice.

Fidèle à lui-même, le Pape François a accueilli lors de cette messe quatre sans-abris vivant près du Vatican. Ils ont été présentés par son aumônier Mgr Krajewski. Aux côtés de Mgr Parolin, le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, venu lui aussi présenter ses vœux au Pape, tous sont allés prendre le petit-déjeuner dans le réfectoire de la Maison Sainte-Marthe. Les précisions de Xavier Sartre : RealAudioMP3 

Auparavant, dans son homélie, le Pape est revenu sur la généalogie de Jésus, au centre de l’Êvangile de ce jour : « J’ai entendu un jour quelqu’un dire : “mais cet extrait de l’Êvangile, on dirait l’annuaire téléphonique”. Et non, c’est tout autre chose. Cet extrait de l’Êvangile est une vraie histoire et traite d’un sujet important. Dieu a envoyé son Fils. Et Jésus est consubstantiel au Père, Dieu, mais aussi consubstantiel à la Mère. Dieu s’est fait histoire, Dieu a voulu se faire histoire. Il est avec nous. »

Et cette marche a été entamée avec Abraham, puis a été poursuivie par Isaac, Jacob et Judas. Dieu chemine avec nous tous, y compris les pécheurs, même les plus grands. Et de se demander : quel est le nom de Dieu ? « C’est nous, s’est exclamé le Pape. Il prend notre nom pour en faire le sien ». A l’approche de Noël, il a invité les fidèles à laisser Dieu écrire notre histoire, c’est-à-dire celle de la sainteté. « Que le Seigneur écrive ton histoire et que toi, tu le laisses écrire la tienne » a-t-il conclu.

Photo : les sans-abris reçus par le Pape François lors de la messe célébrée à la Maison Sainte-Marthe le 17 décembre 2013, jour de son anniversaire

Radio Vatican

Le cardinal Ouellet confirmé préfet de la Congrégation pour les évêques

1_0_756036Le Pape François a confirmé le cardinal Marc Ouellet au poste de préfet de la Congrégation pour les évêques. Le prélat canadien, 69 ans, archevêque émérite de Québec, a été nommé en 2010 à la tête de ce dicastère par Benoit XVI.

Le Pape François a nommé membres de la Congrégation pour les évêques les cardinaux Francisco Robles Ortega, archevêque de Guadalajara (Mexique); Donald William Wuerl, archevêque de Washington (Etats-Unis); Rubén Salazar Gómez, archevêque de Bogotá (Colombie); Kurt Koch, président du Conseil pour la promotion de l’unité des chrétiens; João Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour la vie consacrée et les sociétés de vie apostolique; Mgr Pietro Parolin, secrétaire d’Etat; Mgr Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé ; Mgr Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode des évêques; Mgr Vincent Gerard Nichols, archevêque de Westminster (Grande-Bretagne); Mgr Paolo Rabitti, archevêque émérite de Ferrara-Comacchio (Italie) ; Mgr Gualtiero Bassetti, archevêque de Perugia-Città della Pieve (Italie); Mgr Felix Genn, évêque di Münster (Allemagne).

Le Pape a aussi confirmé membres du dicastère les cardinaux Tarcisio Bertone, Zenon Grocholewski, George Pell, Agostino Vallini, Antonio Cañizares Llovera, André Vingt-Trois, Jean-Louis Tauran, William Joseph Levada, Leonardo Sandri, Giovanni Lajolo, Stanislaw Rylko, Francesco Monterisi, Santos Abril y Castelló, Giuseppe Bertello, Giuseppe Versaldi; Mgr Claudio Maria Celli, Mgr José Octavio Ruiz Arenas, Mgr Zygmunt Zimowski. Le Pape a aussi confirmé les consultants de la Congrégation.

Radio Vatican