Marie, demeure de l’Humanité et de la Divinité


Chaque année, l’Église fête l’Immaculée Conception le 8 décembre. Cette fête de l’Immaculée, que l’on célébrait déjà autour du Xe siècle, fut introduite dans le calendrier universel par Sixte IV.

L’Immaculée Conception apparaît comme un phare lumineux pour l’humanité de tous les temps. En ce grand jour de l’Avent, nous honorons la “Tota pulchra”, “Tu es toute belle, ô Marie !”, “Tota pulchra es, Maria!” Heureuse Toi que Dieu a choisie comme Mère de son Fils unique!

C’est à juste titre que nous pouvons trouver dans la parole d’Elizabeth ‘Bienheureuse celle qui a cru’ en quelque sorte une clé qui nous fait accéder à la réalité intime de Marie, de celle que l’ange a saluée comme ‘pleine de grâce’. C’est ici les racines de cette fête de l’Immaculée Conception.

Beaucoup de gens supposent toujours incorrectement que l’Immaculée Conception se rapporte à la conception du Christ. En fait, elle se rapporte à la foi que Marie, par faveur divine spéciale, était sans péché dès le moment où elle fut conçue. Sans la conscience du péché originel, l’Immaculée Conception n’aura pas de sens. Par le dogme de l’Immaculée Conception, Dieu était présent et vivant chez Marie dès les premiers moments de sa vie. La grâce de Dieu est plus grande que le péché; elle vaincre le péché et la mort.

Une liberté qui ne tremble pas

Le péché blesse notre humanité. Même pardonné, il laisse des traces. La Vierge Marie, elle, n’a pas connu le péché. Elle n’en porte pas les traces. Ses forces spirituelles, sa liberté sont totales. C’est ainsi qu’elle a pu faire face à la mission exceptionnelle que Dieu voulait lui confier : être la Mère de son Fils, le mettre au monde par l’action de l’Esprit Saint. Pour accepter cette mission, il fallait à Marie une foi sans faille, une liberté qui ne tremble pas.

Quand nous honorons la Mère de Dieu sous le vocable “Immaculée Conception”, nous reconnaissons en elle un modèle de pureté, innocence, confiance, curiosité enfantine, révérence, respect, vivant paisiblement à côté d’une conscience mature que cette vie n’est pas simple. Il est rare de trouver la révérence et la sophistication, l’idéalisme et le réalisme, la pureté, l’innocence et la passion, à l’intérieur de la même personne comme nous le trouvons en Marie.

[Read more…]

Guide pour vivre le dialogue pastoral

La rentrée approche avec beaucoup de projets dans les paroisses et les communautés.

En cette année de la foi beaucoup d’ouvrages et d’initiatives voient le jour et même un guide pratique pour le dialogue pastoral.

Ce document intitulé A la rencontre de soi et de l’autre guide pratique pour vivre le dialogue pastoral est le fruit d’une initiative de formateurs du diocèse de St Jérôme, de l’institut de pastorale des Dominicains et de l’Office de catéchèse du Québec. Il s’adresse à toute personne qui assure un service d’accueil, d’animation de groupes, désireuse de réfléchir sur sa pratique et de voir les conditions propices au dialogue pastoral, comme chemin de rencontre véritable.
Sophie Tremblay, professeure à l’institut de pastorale des dominicains en est la rédactrice et en fait une présentation dans une vidéo sur le site de l’office de catéchèse du Québec.
Une aide bien utile en cette période de rentrée.

Réflexion à la veille de la Marche nationale pour la vie à Washington, Ottawa et en plusieurs villes de nos pays


Cette semaine, des milliers d’américains se rencontreront de nouveau à Washington pour défendre les êtres humains qui ne sont pas encore nés. Être « pro-vie » de manière active c’est contribuer au renouvellement de la société à travers la promotion du bien. Il est impossible de répandre le bien commun sans toutefois affirmer et défendre le droit à la vie, droit sur lequel reposent et se fondent tous les droits inaliénables des individus et à partir duquel ils se développent. La vraie paix ne peut exister que lorsque la vie est défendue et promue. Rappelons-nous les paroles prophétiques de Paul VI:

« Chaque crime contre la vie est une attaque contre la paix, spécialement si elle s’attaque à la conduite morale des personnes…Cependant, là où les droits des êtres humains sont vraiment professés et publiquement reconnus et défendus, la paix devient le climat jovial et opératif de la vie au sein de la société .»

L’avortement est, sans aucun doute, la blessure la plus grave infligée, non seulement sur les individus et leurs familles – qui sont censées fournir le sanctuaire de la vie, mais aussi sur les sociétés et leur culture, par les mêmes personnes qui devraient être les agents promoteurs et les défenseurs de la société. Nous ne devrons jamais perdre de vue les atrocités commises contre les êtres pas encore nés de même que ce qui n’est pas dit et qui est très rarement avoué de la souffrance et de l’agonie persistantes vécues par les personnes qui ont enduré des avortements. [Read more…]

Un an pour Dieu à Rome

« Sous la responsabilité de frère Jean-Marie (père André Cabes), docteur en théologie, spécialiste de la Vierge Marie et fondateur d’une école d’évangélisation pour les jeunes à Lourdes et de la Fraternité Apostolique de Jérusalem à Ossun (Hautes Pyrénées), les Fraternités Monastiques de Jérusalem proposent à quelques jeunes de 18 à 35 ans de vivre une expérience spirituelle unique en partageant la vie quotidienne des frères et des sœurs pendant 9 mois.

L’hébergement se fera à la Trinité-des-Monts à Rome, un lieu de paix et de beauté en plein milieu de la ville, connue pour avoir l’une des plus belles vues sur Rome depuis le haut des escaliers de la place d’Espagne. Vous pourrez profiter du jardin et, le week-end, des espaces de sport de l’école attenante.

C’est tout d’abord une véritable initiation à la vie de prière sous ses multiples facettes.
Les jeunes pourront aussi bénéficier pendant leur séjour d’une formation humaine, théologique et liturgique; ils seront aussi invités à faire du bénévolat et ils pourront régulièrement bénéficier de visites guidées des principaux monuments de la ville de Rome avec l’association Rencontres Romaines.
Pour plus d’informations :

écrire à : unanpourdieu@gmail.com  »

Première audience générale du pape François

Extraits de la catéchèse du pape François, lors de sa première audience générale, ce mercredi 27 mars.

« Je suis heureux de vous accueillir à ma première audience générale », a dit le Pape François aux milliers de fidèles présents place St.Pierre pour participer à la première catéchèse de l’Evêque de Rome. « C’est avec gratitude et vénération -a-t-il poursuivi- que je prends le témoin des mains de mon prédécesseur Benoît XVI. Après Pâques, nous reprendrons les catéchèses de l’Année de la Foi. Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur la Semaine sainte. Avec le dimanche des Rameaux, nous avons commencé cette semaine, centre de toute l’année liturgique, pendant laquelle nous accompagnons Jésus dans sa Passion, sa mort et sa résurrection ».

« Mais -a demandé le Pape- que signifie vivre la Semaine sainte pour nous? Que signifie suivre Jésus dans son chemin sur le calvaire vers la croix et la résurrection? Dans sa mission terrestre, Jésus a parcouru les routes de Terre sainte; il a appelé douze personnes simples pour qu’elles restent avec lui, qu’elles partagent son chemin et qu’elles continuent sa mission…; il a parlé à tous sans distinction, aux grands et aux humbles…, aux puissants et aux faibles; il a porté la miséricorde et le pardon de Dieu; il a guéri, consolé, compris; il a donné l’espérance; il a porté à tous la présence de Dieu qui s’intéresse à tout homme et toute femme, comme le fait un bon père et une bonne mère envers chacun de ses enfants. Dieu n’attend pas qu’ils viennent à Lui, mais c’est Lui qui est allé vers nous… Jésus a vécu les réalités quotidiennes des gens les plus communs…: il a pleuré devant les souffrances de Marthe et Marie pour la mort de leur frère Lazare…; il a aussi vécu la trahison d’un ami. En Lui, Dieu nous a donné la certitude qu’il est avec nous, au milieu de nous… Jésus n’a pas de maison car sa maison ce sont les gens, c’est nous, sa mission est d’ouvrir à tous les portes de Dieu, d’être la présence d’amour de Dieu ». [Read more…]

L’ombre de Pierre sur nous en la personne de Benoît XVI

Benoît XVI
Une image forte de Pierre se présente à nous dans les Actes des Apôtres 5:15-16: «Ils ont même porté le sortir malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des palettes, de sorte que lorsque Pierre passerait, son ombre au moins pourrait tomber sur l’un d’eux. En outre, les habitants des villes à proximité de Jérusalem venaient ensemble, rassembler les gens qui étaient malades ou tourmentés par des esprits impurs, et ils étaient tous guéris.  »

J’ai toujours été ému par l’image de l’ombre de Peter passant sur les malades et les affligés. Les gens qui passaient dans l’ombre de Pierre étaient guéris, et non par l’ombre de Pierre, mais la puissance de Dieu à l’œuvre à travers Pierre. Ces miracles de guérison ont attiré les personnes de l’Eglise primitive et ont confirmé la vérité de l’enseignement des Apôtres et le fait que la puissance de Dieu était avec eux. Nous apprenons aussi que les chefs religieux qui étaient jaloux de la puissance de Jésus et l’autorité des Apôtres vues comme une menace continue et exigeant le respect d’eux-mêmes. Les apôtres n’exigeaient pas le respect d’eux-mêmes. Leur but était d’apporter le respect et la révérence à Dieu. Les apôtres avaient acquis le respect du peuple, non pas parce qu’ils l’exigeaient, mais parce qu’ils le méritaient. [Read more…]

Point de presse avec Mgr Lacroix sur la renonciation de Benoit XVI

En réponse à l’annonce faite par Benoit XVI hier, l’Église catholique de Québec a organisé un Point de presse avec l’archevêque de Québec, Mgr Gérald C. Lacroix. Celui-ci a répondu aux journalistes présents, partageant ainsi ses réactions suite au renoncement du pape à son poste de chef de l’Église catholique romaine et ses espérances pour le prochain successeur de saint Pierre. Jasmin Lemieux-Lefebvre, directeur des communications de l’Église catholique de Québec  en était le facilitateur.

Sessions Youcat

Durant l’Avent ne manquez pas la diffusion des trois sessions Youcat, le catéchisme des jeunes, organisées par Mission Jeunesse du diocèse de Montréal. Ces sessions sont bilingues. Elles sont animées par Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal et Mgr Thomas Dowd, évêque auxiliaire de Montréal.

Les mardis 4, 11 et 18 décembre à 21h, rediffusion les mercredis 5, 12 et 19 à 13h.

Trois nouvelles sessions auront lieu durant le Carême.

Un prix Gabriel pour « Panes of Glory » !

Jeudi, le 21 juin 2012, lors d’une cérémonie de l’Académie des professionnels Catholiques des arts de la Communication, tenue au Centre des Congrès d’Indianapolis, dans l’état de l’Indiana aux États-Unis, le prix Gabriel pour le meilleur documentaire à l’échelle nationale a été remis à Télévision Sel et Lumière pour son documentaire « Panes of Glory » réalisé en 2011 à partir du livre du même nom.

Le président de l’Académie, monsieur Frank Morock, a remis ce prix au Père Micheal Prieur, professeur de théologie morale au séminaire St-Peter à London en Ontario, auteur du livre « Panes of Glory », et au Père Thomas Rosica, C.S.B., Directeur général de la Fondation catholique Sel et Lumière média. Ce magnifique documentaire en quatre épisodes est riche en art, en musique et en enseignement sur la vie des saints et bienheureux de l’Église.

Le prix Gabriel est destiné à honorer l’excellence dans la production de films, d’émissions de télévision et de  radio.  Il peut s’agir de films et documentaires, d’émissions de divertissement ou de nouvelles provenant des réseaux publics ou privés qui proposent un message à la fois créatif et positif sur des sujets qui touchent l’humain. Le principal critère dans la sélection des documents primés est la capacité qu’a le contenu de nourrir et d’élever l’esprit humain. Les œuvres récipiendaires de ce prix font, en général, la promotion de la dignité de la personne humaine, reconnaissent ou font la promotion de valeurs universelles comme l’esprit communautaire, la créativité, la tolérance, la justice, la compassion et la volonté d’excellence.

C’est parce que le documentaire « Panes of Glory » répondait à ces objectifs et plus encore qu’il a remporté ce prix.

Lors de son discours suivant la réception de ce prix, le Père Thomas Rosica a affirmé :

«  C’est un grand honneur et un privilège pour Télévision Sel & Lumière de recevoir de nouveau le prix Gabriel alors que nous entrons dans notre 10e année d’existence. Cette reconnaissance est pour moi le signe que notre travail est apprécié à travers le continent américain et au-delà. »

« J’accepte ce prix au nom de toute notre équipe de jeunes professionnels de Sel & Lumière à Toronto qui sont vraiment les « vedettes » de notre réseau de télévision. J’accepte également ce prix au nom de nos donateurs et bienfaiteurs qui ont créé cet instrument qui a fait de la Nouvelle Évangélisation une réalité vivante au Canada »

Ont participé à ce documentaire, entre autres, le Père Prieur, Mary Rose Bacani de la Télévision Sel et Lumière ainsi que la chorale renommée de la ville de London en Ontario.

Félicitations à toute l’équipe de Sel & Lumière. C’est un prix bien mérité. Nous félicitons également  la communauté du Séminaire saint Pierre à London en Ontario. Quel beau cadeau que ce prix en ce 100e anniversaire de la fondation du séminaire.

Existe-t-il un média catholique? Est-ce que les médias sont pour les catholiques?

Conférence pour le Congrès Eucharistique international

Dublin, Irlande

Sur la rive nord-ouest de la Mer Morte dans le sud d’Israël se trouve le site où habitaient les Esséniens. C’est également l’endroit où un pasteur bédouin a trouvé les manuscrits de la Mer morte en 1947. Cette journée-là, un premier manuscrit a été déplacé et les autres ont suivi les jours suivants. Cette découverte s’est avéré être la plus importante jamais faite. Elle dévoilait les sept premiers manuscrits de la Mer Morte. Les Esséniens, une secte Juive du Second Temple pourrait être catégorisés comme un groupe religieux fanatique qui a existé entre 200 avant J.C. et  75 ans après J.C. Ils avaient délibérément installé  leur communauté sur un site inaccessible. Leur groupe était constitué de prêtres et de laïcs et ils vivaient en communauté une vie totalement consacrée à Dieu. Leur chef avait pour nom  « l’enseignant vertueux ». Ils se percevaient eux-mêmes comme les vrais élus d’Israël et comme les seuls à respecter la Loi. Les Esséniens étaient convaincus que les Chefs et le Peuple de Jérusalem s’étaient égarés du droit chemin et étaient devenus infidèles à Dieu. C’est la raison pour laquelle ces Juifs se sont réfugiés à Qumran pour se préparer à la venue du Messie.

Les écrits esséniens révèlent l’humeur de ces Juifs messianiques fanatiques et c’est pourquoi nous pouvons aujourd’hui dresser un portrait de cette communauté. Nous connaissons leur manière de vivre, leurs croyances ainsi que des détails à propos du Second Temple comme leurs rituels. Les textes de Qumran nous apprennent beaucoup sur l’environnement religieux dans lequel ils ont vécu.

J’ai commencé ma présentation en proposant l’histoire de Qumran puisqu’elle offre à l’Église un paradigme pour ses relations avec le monde, avec les médias et la communication en général. Il y a certaines personnes, et même quelques autorités dans l’Église aujourd’hui, qui me semble s’approcher de cette communauté essénienne. En effet, certaines personnes croient former   la seule vraie Église, les seuls vrais fidèles qui n’ont pas perdu leur chemin. Dans leur esprit, la seule façon d’entretenir des relations avec le monde est de le fuir et d’installer leurs  communautés dans des lieux inaccessibles comme ceux de la Mer morte; construire dans des lieux hermétiques pour se protéger du monde extérieur. Dans cette perspective, les communications deviennent une affaire interne, nous prêchons pour ceux qui se trouvent déjà dans l’Église,  pour ceux qui sont déjà sauvés, les pures, les personnes non problématiques.

Je ne crois pas personnellement que la méthode de Qumran soit la bonne façon d’entretenir des relations avec le monde d’aujourd’hui. Plutôt que de fuir la confusion et l’ambiguïté de notre époque en nous réfugiant dans la nostalgie du passé qui est aujourd’hui enterré dans le cœur de Dieu, certains d’entre nous doivent rester dans les villes et présenter la cohérence et la beauté de l’Évangile et de l’enseignement de l’Église qui est fondamentalement comme un rayon d’espoir et une dose de joie. Tout cela nous devons le faire sur différents supports médiatiques et, cela, simultanément!

[Read more…]