« Communion dans un seul Baptême »

de Maria Voce, Présidente du mouvement des Focolari a donné son Témoignage. le voici « Communion dans un seul Baptême »

« Il y a dix ans je suis allée en Irlande pour la première fois. J’y suis venue pour être proche d’une grande amie, Lieta Betoňo, les derniers jours de sa vie ; Elle était argentine et avait passé trente ans de sa vis en Irlande, dans la communauté du mouvement des Focolari. Je l’ai souvent entendue parler de l’accueil chaleureux qu’elle avait reçu dans ce pays. Moi aussi, au cours de mon bref séjour, j’ai non seulement admiré de magnifiques arcs-en-ciel, mais j’ai bénéficié du chaleureux esprit de famille dans les communautés que j’ai rencontrées.
Je retrouve ce même esprit ici, parmi vous et je suis heureuse de participer à ce Congrès Eucharistique International.

On m’a demandé de donner un bref témoignage sur le thème : « Communion dans un seul baptême ».

Le Baptême. Sans aucun doute, le baptême est le sacrement qui relie tous les chrétiens. Il constitue un lien d’unité, sacramentel.
Comme l’affirme le huitième rapport du Groupe de travail conjoint, de l’Église Catholique et du Conseil œcuménique des Églises sur les implications ecclésiologiques et œcuméniques du baptême commun : « Tous les chrétiens qui reçoivent l’unique Baptême dans l’unique Corps du Christ, ont reçu, en même temps, un appel radical à la communion avec tous les baptisés ». [Read more…]

Passion de l’unité du Corps du Christ

Cette premiere journée du Congrès Eucharistique de Dublin avait pour thème: La communion en un seul baptême.

Voici la catéchèse donnée par le Frère Alois, prieur de la communauté de Taizé lundi 11 juin au Congrès eucharistique de Dublin

« Le Christ de communion

La première journée de ce congrès eucharistique voudrait approfondir la signification de la foi baptismale commune. La reconnaissance mutuelle du baptême entre les diverses Eglises est un grand don que Dieu nous a fait au siècle dernier. Malgré la certitude exprimée par l’apôtre Paul: « Il n’y a qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (Eph 4, 5), cette reconnaissance mutuelle n’allait pas toujours de soi. Concluant définitivement une longue période souvent marquée par le soupçon, le Concile Vatican II affirma avec confiance: « Le baptême constitue le lien sacramentel d’unité existant entre tous ceux qui ont été régénérés par lui. » (Unitatis redintegratio, n° 22)

Puis-je me permettre aujourd’hui d’illustrer la question de la signification de la foi baptismale commune en partageant avec vous l’expérience de notre communauté de Taizé ? Ce que nous vivons à Taizé est en effet intimement lié à la redécouverte du baptême commun en tant que, comme dit Vatican II, « commencement » et « point de départ », qui « tend tout entier à l’acquisition de la plénitude de la vie dans le Christ » (ibid.)

Notre expérience de Taizé est bien sûr loin de couvrir tous les aspects de la question posée. Mais elle peut montrer que – et je continue à citer Vatican II – d’une part, le baptême constitue déjà « le lien sacramentel d’unité existant entre tous ceux qui ont été régénérés par lui » et que, d’autre part, il nous engage à chercher sans cesse « la profession de foi intégrale, la totale intégration dans l’économie du salut, telle que le Christ l’a voulue, et enfin à la totale insertion dans la communion eucharistique. » (ibid.)

Je voudrais vous dire en particulier comment nous cherchons à mettre en évidence l’unité de la foi que le baptême implique et à l’anticiper : entre frères de la communauté, et avec les jeunes de toutes confessions que nous recevons semaine après semaine sur notre colline. Et comme frère Roger, le fondateur de notre communauté, a participé à tout le Concile Vatican II, dont nous célébrons le cinquantenaire, je voudrais aussi vous parler de son cheminement car il a ouvert une voie originale pour avancer vers l’unité visible des chrétiens.

Dans les débuts de notre communauté, écrivant la Règle de Taizé, frère Roger avait adressé à chaque frère de la communauté cet appel : « Aie la passion de l’unité du Corps du Christ. » C’est cette passion qui emplit nos cœurs.

Si l’on avait demandé à frère Roger quel était à ses yeux l’essentiel de la foi chrétienne, le centre de la foi confessée dans le baptême, il aurait probablement cité les paroles de Saint Jean « Dieu est amour. » (I Jean 4.16) Pour lui, le cœur de l’Évangile était là. Il avait constaté que la vision de Dieu comme juge sévère avait fait des ravages dans la conscience de beaucoup. Il en a pris le contrepied en affirmant : Dieu ne peut qu’aimer.

Il lui arrivait aussi de dire aux jeunes réunis à Taizé: « Si le Christ n’était pas ressuscité, nous ne serions pas ici. » C’est que la résurrection est le signe que Dieu est amour, que Dieu aime sans limites, la résurrection est au centre de la foi. Elle a rassemblé les disciples que le Vendredi Saint avait dispersés, et c’est elle qui continue de rassembler les chrétiens : son premier fruit est la communion nouvelle née de son mystère. [Read more…]

Messe d’ouverture du 50e congrès eucharistique international

Le 50e congrès eucharistique international de Dublin en Irlande a commencé aujourd`hui.
Plus de 25 000 pèlerins ont conflué à Dublin, venant de 102 pays, dont 1000 du Canada. Pluzieurs évêques sont présents, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, Mgr Terrence Prendergast, archevêque d`Ottawa notamment.

Un visage est bien connu, celui de Mgr Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, qui est présent en tant que légat du Pape.
Dans son homélie Mgr Ouellet a rappelé que l’Irlande a une longue tradition d`hospitalité, de fidélité à la foi catholique et qu’en ces temps difficiles ou l’Église d’Irlande souffre, il est important qu’elle se tourne vers le Seigneur pour qu’il la renouvelle et la fortifie.
Mgr Ouellet a expliqué la signification du sang dans l’Ancien et le Nouveau testament. Jésus-Christ est le médiateur. Le sang du Christ qui s’offre en sacrifice a le pouvoir de purification et de rédemption. L’eucharistie est essentielle à notre vie de foi.
Cette solennité du Corps et du sang du Christ rappelle à l’Église de devenir ce qu’elle reçoit et d’être un seul corps. Le ressuscité a disparu mais par l’eucharistie il devient plus proche de nous.
Mgr Ouellet a appelé à être plus conscients de ce cadeau de l’eucharistie et à devenir davantage témoins de la bonne nouvelle de l’eucharistie.

Le Québec ayant été le lieu du précèdent congrès eucharistique y tient donc une spéciale place. Sr Doris Lamontage, pfm, a lu la première lecture en français du livre de l’Exode.
Un symposium théologique a eu du 6 au 9 juin sur « l’ecclésiologie de communion », cinquante ans après l’ouverture de Vatican II. 400 théologiens y participaient. Mgr Marc Ouellet, légat du pape, préfet de la Congrégation pour les évêques, y a fait une intervention.
Durant toute cette semaine, en plus des catéchèses, des témoignages et des célébrations quotidiennes, 150 ateliers seront proposés ainsi que des stands d’exposition.
Tous les jours à 13h nous diffuserons les catéchèses et les témoignages en français.

Tous les soirs Perspectives en donnera un résumé ainsi que des échos des participants.

Dernier jour à Milan, une célébration qui ouvre des portes

Notre 5e et dernier jour à Milan a été marqué ce matin par l’action de graces pendant la messe présidée par Benoit XVI. Comme nous nous rendions au parc de Bresso, André et moi, nous réfléchissions sur la Fête des témoignages qui s’est tenue hier soir. Ce fut si inspirant non seulement d’entendre des familles poser leurs questions au Pape mais spécialement de l’entendre parler de sa propre famille, son enfance, l’entendre les encourager et les guider (nous avec) et aussi de les assurer de ses prières. Bien que nous étions parmi des milliers de familles, nous avons réellement senti que son message s’adressait directement à nous. Nous voulons partager ces messages de soutien et d’amour pour la famille que le Saint-Père a donné.
Ce dernier moment de ce pèlerinage a clos la rencontre mondiale des familles mais il a ouvert des portes aussi, surtout dans l’homélie de Benoit XVI quand il a dit: “Devant vous vous avez le témoignage de nombreuses familles qui vous indiquent les voies pour grandir dans l’amour : maintenir une relation constante avec Dieu et participer à la vie ecclésiale, entretenir le dialogue, respecter le point de vue de l’autre, être prêts à servir, être patients avec les défauts des autres, savoir pardonner et demander pardon, surmonter avec intelligence et humilité les conflits éventuels, s’accorder sur les orientations éducatives, être ouverts aux autres familles, attentifs aux pauvres, responsables dans la société civile. ce sont tous des éléments qui construisent la famille. vivez-les avec courage, certains que, dans la mesure où avec le soutien de la grâce divine, vous vivrez l’amour réciproque et envers tous, vous deviendrez un évangile vivant, une véritable église domestique . »

Et en cette fête de la Sainte Trinité, le Pape nous a présenté le défi de vivre à l’image de la Trinité dans notre église et dans nos familles, en étant capable de refléter la beauté de la Trinité, en évangélisant non seulement en paroles mais on pourrait dire par “irradiation” par la force de l’amour.

[Read more…]

Prochaine rencontre mondiale des familles à Philadelphie

A la fin de la messe de la solennité de la Trinité, ce matin en présence de plus d’un million de fidèles, le Pape a annoncé que la prochaine rencontre mondiale des familles aura lieu à Philadelphie aux Etats-Unis.
Dans son homélie Benoit XVI a rappelé le sens du dimanche: voici la version intégrale:

« Vénérés frères,
Eminentes autorités,
Chers frères et sœurs,

C’est un moment fort de joie et de communion que nous vivons ce matin, en célébrant le sacrifice eucharistique ; une grande assemblée, réunie avec le successeur de pierre, constituée de fidèles provenant de nombreuses nations. elle offre une image expressive de l’église, une et universelle, fondée par le christ et fruit de cette mission, que jésus, comme nous l’avons entendu dans l’évangile, a confiée à ses apôtres : aller et faire de tous les peuples des disciples, « les baptisant au nom du père et du fils et du saint esprit » (MT 28, 18-19). je salue avec affection et reconnaissance le cardinal Angelo scola, Archevêque de Milan, et le cardinal Ennio Antonelli, Président du Conseil Pontifical pour la famille, principaux artisans de cette viième rencontre mondiale des familles, ainsi que leurs collaborateurs, les évêques auxiliaires de milan et les autres prélats. Je suis heureux de saluer toutes les autorités présentes. et aujourd’hui, toute mon affection va surtout à vous, chères familles ! merci de votre participation !

Dans la deuxième lecture, l’Apôtre Paul nous a rappelé qu’au baptême nous avons reçu l’esprit saint, qui nous unit au christ en tant que frères et nous met en relation avec le Père en tant qu’enfants, de sorte que nous pouvons crier : « ABBÀ PÈRE ! » (CF. RM 8, 15.17). en cet instant, il nous a été donné un germe de vie nouvelle, divine, pour le faire grandir jusqu’à son accomplissement définitif dans la gloire céleste ; nous sommes devenus membres de l’église, la famille de Dieu, « sacrarium trinitatis » – ainsi la définit saint ambroise -, « peuple qui – comme l’enseigne le concile vatican ii – tire son unité de l’unité du père et du fils et de l’esprit saint » (const. lumen gentium, 4). la solennité liturgique de la sainte trinité, que nous célébrons aujourd’hui, nous invite à contempler ce mystère, mais elle nous pousse aussi à nous engager à vivre la communion avec dieu et entre nous sur le modèle de la communion trinitaire. nous sommes appelés à accueillir et à transmettre d’un commun accord les vérités de la foi ; à vivre l’amour réciproque et envers tous, en partageant joies et souffrances, en apprenant à demander et à accorder le pardon, en valorisant les différents charismes sous la conduite des pasteurs. en un mot, nous est confiée la tâche d’édifier des communautés ecclésiales qui soient toujours plus famille, capables de refléter la beauté de la trinité et d’évangéliser non seulement par la parole mais, je dirais même, par « irradiation », par la force de l’amour vécu. [Read more…]

Samedi à Magenta et Fête des Témoignages

Marie et André Brunet partagent leur journée inoubliable de samedi.

Avez-vous participé aux JMJ? Ceux et celles qui sont à la 7eme rencontre des familles et qui ont participé aux JMJ retrouvent la même ambiance: foules, longues lignes d’attente pour les toilettes et les repas, les inoubliables rencontres, le sentiment de partager une expérience avec des milliers de personnes, animées de la même foi et de l’enthousiasme d’être avec le Pape. C’est ce que nous vivons au parc Bresso de Milan.

La journée a débuté par un voyage en train à Magenta. Nous avons décidé de nous rendre en pèlerinage sur le lieu de naissance de Gianna Beretta Molla. Sa fille Gianna Emanuela nous a accueillis dans la basilique St Martin, lieu du mariage de ses parents. Elle nous a raconté comment ses parents se sont rencontrés et tombés amoureux. Ce moment avec Gianna Emanuela a été important pour nous; ce qui nous a marqués c’est sa personnalité accueillante, son humilité et sa joie de partager la vie de sa mère. Elle nous a dit combien elle était heureuse que le pape Benoit ait mentionné sa mère dans son discours de bienvenue vendredi.
Nous sommes retournés à Milan pour la ‘Fête des Témoignages’ du soir. Plus de 350 000 personnes y participaient. Des familles du monde entire ont posé des questions au Pape sur la vie de famille. Une fillette vietnamienne de 7 ans a demandé au Pape comment était sa vie quand il avait 7 ans. Il a dit qu’il allait à la messe le dimanche avec sa famille et qu’ensuite il déjeunait toujours en famille. “Ma famille et moi chantions beaucoup, mon frère était musicien, je me souviens de voyages et des promenades.”
Ensuite un couple de Madagascar a demandé au Pape d’expliquer le sens du mot “toujours” dans le mariage. Le Pape a répondu que être amoureux ne dure pas toujours mais que le mariage est un long itinéraire qui permet de se connaitre. Il a fait référence aux noces de Cana, le premier vin est le vin de celui du stade d’être amoureux. Le second est bien meilleur car l’amour doit murir.
Une famille grecque a demandé ce que l’Eglise peut dire par rapport à la crise actuelle, comment garder espoir? Le Pape a répondu que les pouvoirs politiques doivent aider et prendre leur responsabilité morale devant Dieu et tous. Il a parlé aussi de la solidarité entre les villes et les paroisses qui peuvent aider les personnes dans le besoin.
Une famille de 6 enfants entre 2 et 12 ans des USA a demandé au Pape comment trouver le juste équilibre entre le travail et la famille. Sa réponse a été de trouver des manières créatives pour des moments de joie qui peuvent aider les moments difficiles et de célébrer le dimanche ensemble.
La dernière question venait d’un couple du Brésil sur la question des ruptures des mariages et le sentiment de distance entre l’Eglise et les couples divorcés remariés. Benoit XVI a indiqué que les paroisses doivent accompagner les couples dans leurs difficultés, dans leur souffrance. Les personnes divorcées doivent sentir l’amour de l’Eglise et se sentir acceptées.
A la fin de cette ‘Fête des Témoignages’ le Pape a introduit le Notre Père et donné sa benediction solennelle. Dimanche à la messe, il annoncera le lieu de la prochaine rencontre mondiale des familles.
Arrivederci!
Marie and André Brunet

Rendiamo grazie a Dio

Nouvelles d’André and Marie Brunet de Milan

En ce 3e jour de la rencontre mondiale des familles nous vous écrivons de la Piazza del Duomo (la place de la cathédrale de  Milan). Nous attendons l’arrivée du Pape. Cela fait 28 ans qu’un Pape est venu à Milan. La dernière visite remonte à celle de Jean-Paul II en 1984. Ce qui explique la joie de la foule. Les familles participant à la rencontre de Milan viennent des 5 continents et de 153 pays. Ce matin, nous avons écouté 2 discours sur le thème: “famille: travail et célébration”. Blanca Castilla de Cortazar, anthropologue et théologienne d’Espagne a parlé de célébration en se référant à l’arrivee du Pape à Milan “ C’est une célébration d’être avec le Pape, et peut-être c’est pour quoi nous sommes ici. Nous sommes venus ici pour apprendre comment notre famille peut devenir de plus en plus une célébration quotidienne qui apporte le Bonheur et nous prépare à la grande fête qui nous attend. Dans la vie de famille, c’est important d’avoir des celebrations en passant simplement du temps ensemble, en ayant des rituels au moment des repas et même en partageant son travail de la maison et en résolvant les problèmes ensemble.

Cardinal Sean O’Malley, Archevêque de Boston a ensuite continué sur ce thème de la célébration: “Glorifier la  fête: la famille et le Jour du Seigneur”. Il s’est centré sur le partage de la richesse de la célébration catholique en citant Benoit XVI” Nous ne sommes pas qu’un troupeau. Nous devons être une Eglise missionnaire. “ Il a fait référence aux repas dans les familles qui sont en lien avec l’eucharistie. Il a déclaré que l’eucharistie est le centre de nos vies en tant que catholiques. Mgr O’Malley a conclu: ”Nous prions pour que notre amour pour la messe et la merveille de l’Eucharistie augmentent. Faisons comme les 2 disciples d’Emmaus. Allons dire au monde que Jésus-Christ est vivant.”

Nous allons assister à la Fête des témoignages ce soir en présence du Pape. Il y a beaucoup de choses à partager, nous recevons beaucoup de toutes les rencontres, ce qui peut se résumer à “Rendiamo grazie a Dio!” Rendons graces à Dieu

 

Première du documentaire « Across the divide » à Vancouver dimanche 3 juin

Ce documentaire de Kris Dmytrenko « Across the divide » porte sur la vie des étudiants et étudiantes de l’université de Bethléem, dirigée par les Frères des Ecoles Chrétiennes. Au coeur du conflit israélo-palestinien, cette université catholique, oasis de paix, forme des jeunes chrétiens et musulmans à mieux se comprendre pour construire la paix.

Dimanche 3 juin au Cinéma Djavad Mowafaghian au Centre des Arts SFU Goldcorp 19h15

Cette projection sera suivie par un panel avec Mgr Michael Miller évêque de Vancouver, Carl Hétu de CNEWA Canada, Fr. Jack Curran de l’Université de Bethléem,  et le père Thomas Rosica de S+L. Plus d’informations et réservations voir http://saltandlighttv.org/acrossthedivide/vancouver.php.
La version en français est prévue pour l’automne.

En route vers le Congrès eucharistique de Dublin

Cette année le Congrès eucharistique international a lieu à Dublin en Irlande du 10 au 17 juin 2012.

Le thème est « l’Eucharistie : Communion avec le Christ et entre nous ». Comme il est organisé au moment du cinquantenaire de l’ouverture du concile Vatican II.
Ce thème est en lien avec ce 50e ; la réflexion porte sur un texte du Concile Vatican II Lumen Gentium, Lumiere des Nations,  sur le paragraphe 7 :

« Dans la fraction du pain eucharistique nous avons réellement part au corps du Seigneur et nous sommes élevés à la communion avec lui et entre nous. « Parce qu’il y a un seul pain, nous ne sommes qu’un corps malgré notre grand nombre, attendu que tous nous recevons notre part de ce pain unique » (I Co 10, 17). Ainsi tous nous devenons membres de ce corps (cf. I Co 12, 27) « et respectivement, membres 1es uns des autres » (Rm 12, 5) ».

Durant toute une semaine, des catéchèses, des célébrations, des temps d’adoration, des événements culturels, des rencontres et des ateliers sont offertes aux participants qui viennent du monde entier.

A quelques semaines de ce congrès nous avons eu la joie d’accueillir dans nos studios le Père Kevin Doran, secrétaire général de ce 50e Congrès eucharistique  pour nous en parler.

Perspectives hebdo

Samedi 28 avril 19h30

Lundi 30 avril 19h35

Benoît XVI est arrivé à Santiago de Cuba

A Santiago de Cuba, Benoît XVI a été accueilli par le président Raul Castro. Il présidera ce soir la messe en la fête de l’Annonciation à 18h30 qui se retransmise en direct.

Voici le discours du Pape:

« Monsieur le Président,
Messieurs les Cardinaux et frères dans l’Épiscopat,
Autorités présentes,
Membres du Corps diplomatique
Mesdames et Messieurs,
Chers amis cubains,

Je vous remercie, Monsieur le Président, pour votre accueil et pour vos paroles courtoises de bienvenue par lesquelles vous avez voulu transmettre aussi les sentiments de respect du gouvernement et du peuple cubain envers le Successeur de Pierre. Je salue les Autorités qui nous accueillent, ainsi que les membres du Corps diplomatique qui sont présents ici. J’adresse un salut chaleureux à l’Archevêque de Santiago de Cuba et Président de la Conférence épiscopale, Mgr Dionisio Guillermo García Ibáñez, à l’Archevêque de La Havane, Monsieur le Cardinal Jaime Ortega y Alamino et aux autres frères Évêques de Cuba, à qui je manifeste toute ma proximité spirituelle. Je salue enfin avec une affection particulière les fidèles de l’Église catholique à Cuba, les chers habitants de cette belle île et tous les Cubains là où ils se trouvent. Je les tiens toujours tous très présents dans mon cœur et dans ma prière, et encore plus en ces jours qui ont précédé le moment tant désiré de les visiter, visite que j’ai pu  réaliser grâce à la bonté divine.
En me trouvant parmi vous, je ne peux manquer de rappeler la visite historique de mon prédécesseur le Bienheureux Jean-Paul II, qui a laissé une empreinte indélébile dans l’âme des Cubains. Pour beaucoup, croyants ou non, son exemple et ses enseignements constituent un guide lumineux qui les oriente aussi bien dans leur vie personnelle, que dans leur agir public au service du bien commun de la nation. En effet, son passage à travers l’Île a été comme une brise suave d’air frais qui a donné une nouvelle vigueur à l’Église à Cuba, réveillant en beaucoup une conscience renouvelée de l’importance de la foi, encourageant à ouvrir les cœurs au Christ au moment même où s’illumine l’espérance et naît le désir de travailler audacieusement pour un avenir meilleur. Un des fruits importants de cette visite a été l’inauguration d’une nouvelle étape dans les relations entre l’Église et l’État cubain, avec un esprit de meilleure collaboration et confiance, bien que demeurent encore de nombreux aspects dans lesquels on peut et on doit avancer, spécialement dans celui qui se réfère à l’apport imprescriptible que la religion est appelée à développer dans le domaine public de la société.
[Read more…]