Malheur à moi si je n’évangélise pas…

par Sr Marie-Noëlle Chaumette, x.m.c.j.

«Malheur à moi si je n’évangélise pas…», cette exhortation de St Paul  résonne encore à mes oreilles; j’ai eu le privilège d’assister à la messe et à l’assemblée plénière des évêques du Canada lundi 22 septembre, pour la première fois de ma vie. La présence de l’apôtre St Paul était palpable d’abord dans l’homélie de Mgr Paul-André Durocher qui a insisté sur le fait que le message évangélique n’a pas changé: ce sont les moyens de communication qui ont changé; cela nous demande d’inventer d’autres manières d’évangéliser. Comme St Paul qui a cherché à annoncer l’évangile, nous pouvons nous appuyer sur la grâce de Dieu qui n’est pas épuisée.  Cela m’a redonné des forces.

Voir les évêques se retrouver de partout au pays, écouter les comptes rendus des différentes commissions, faire mémoire du succès du Congrès  Eucharistique et de ses suites, entendre l’intervention des évêques qui participeront  au  Synode sur la Parole de Dieu (chacun de leur apport sur un aspect différent de la mise en œuvre de la Parole de Dieu dans nos vies et paroisses). Cf. tous les textes et communiqués récemment publiés qui nous aident à faire des choix, notamment pour les prochaines élections. Voir  le site www.cecc.ca. Tout cela me faisait penser aux premières communautés chrétiennes au temps de St Paul.

Comme point d’orgue, l’intervention de Phil Fontaine, Chef National de l’Assemblée des Premières Nations.  Il a parlé  aux évêques en pesant ses mots et un silence régnait. Phil Fontaine a insisté sur le fait de construire de nouvelles relations pour faire face à l’avenir ensemble.  Il a reconnu le rôle de l’Église catholique dans  l’éducation  des jeunes qui est à continuer pour vaincre la pauvreté qui gangrène beaucoup des membres des Premières Nations. Une nouvelle étape est devant nous, le passé a été ce qu’il a été, les fautes ont été reconnues par l’Église,  il faut avancer ensemble, disant : « Je ne viens pas demander de l’argent, je viens vous demander du soutien… car vous croyez en ce que nous sommes…, car vous avez de l’influence en tant qu’évêques…. Vous êtes écoutés…. Vous êtes compétents en éducation »

Ces paroles sont le fruit de rencontres avec le conseil catholique autochtone pour la réconciliation,  elles m’apparaissent comme un geste de pardon et de reconnaissance venant de loin et sont en quelque sorte une réponse à nos questions d’évangélisation. Avec toutes nos erreurs et nos œillères,  le message évangélique parle encore dans certaines circonstances et lieux.  C’est ce à quoi nous devons être attentifs et attentives.

Que nos évêques qui vont bientôt terminer leur session soient dynamisés par ces paroles de Phil Fontaine ainsi que par leurs échanges entre pairs; qu’ils  trouvent les moyens de répondre à son invitation de travailler ensemble pour que l’avenir soit fécond pour tous.  L’année St Paul a bien commencé et nous n’avons pas fini d’en voir les fruits.

Photos: Gracieuseté de la CECC et de Canadian Catholic News

La morale ou la bourse

par Sébastien Lacroix

 

Les marchés financiers aux États-Unis et ailleurs sont au coeur d’une crise qui n’est pas prête de se résorber. Des dizaines de milliards de dollars se sont tout simplement évaporés en quelques jours suite au jeu spéculatif de gestionnaires plus avares que scrupuleux. Malheureusement, cette vague qui a profité à une poignée a entraîné bien des gens dans la tourmente, des personnes qui n’avaient rien à voir avec la spéculation financière.

Alors que le gouvernement américain rame à toute vitesse pour éviter de sombrer, les critiques viennent de partout: « Les marchés financiers avaient créé un produit pour faire de l’argent rapidement en prenant de très grands risques. » Il s’agit ici des ‘subprime mortgage’, des prêts hypothécaires à hauts risques qui ont permis à des familles qui  de devenir propriétaires. Ce nouveau produit financier avait du même coût permis aux institutions qui le vendaient d’accroître leur valeur et ainsi, leurs profits.

Et c’est là le grave problème, on avait oublié à quoi servait l’économie: le profit à tout prix n’est pas un objectif en soi, disait Paul VI, l’économie est au service de l’homme! On ira relire avec intérêt l’encyclique Populorum progressio – 41 ans plus tard, l’appel de Paul VI demeure toujours actuel et a été repris par Jean-Paul II et Benoît XVI – d’ailleurs presque tous les papes depuis Léon XIII au 19e siècle en ont parlé.

L’Osservatore Romano d’hier, le quotidien du Vatican, parlait de l’échec de la nouvelle économie, citant un professeur d’éthique des finances de l’Université catholique du Sacré-Coeur à Milan. « En dépit des tentatives, le monde occidental est incapable d’établir un modèle de développement qui peut garantir la richesse. (…) L’Occident n’a pas réussi à faire face à la croissance asiatique en y transférant des productions à faibles coûts, elle n’a pas réussi non plus après avoir inventé un boom dans le PNB grâce à des modèles financiers risqués qui avaient été mal conçus et peu contrôlés. »

Au milieu de cette crise, il est une compagnie qui fait modèle: il s’agit des Chevaliers de Colomb. Cette organisation catholique d’hommes laïques est aussi une compagnie d’assurance avec un actif évalué à plus de 14 milliards de dollars US. Le Chevalier Suprême des C de C, Carl A. Anderson, a voulu rassurer les clients et bénéficiaires des C de C il y a quelques jours: l’impact de la crise actuelle a été minime sur les investissements des Chevaliers. La raison en est fort simple affirme le Chevalier suprême:

Nous avons délibérément évité d’investir dans les secteurs très complexes et très spéculatifs qui ont provoqué la catastrophe chez quelques-unes des sociétés les plus connues des Etats-Unis.

En fait, l’approche conservatrice des Chevaliers en investissement correspond aux valeurs et à la morale dont ils se font les défenseurs: celle de l’Église catholique. Et c’est ce qui en fait l’une des compagnies d’investissement les mieux gérées au monde (selon Standard & Poor).

Il y a une dimension morale à l’économie et il revient au gouvernement de mettre en place les règles et les mesures nécessaires afin qu’une saine croissance économique serve au développement global et solidaire de l’homme et de la société dans laquelle il vit et travaille (Compendium de la Doctrine sociale de l’Église, #334).

Populorum  Progressio fut le premier encyclique à caractère social écrit après le Concile Vatican II. Dans l’esprit du concile, il offrait un nouveau paradygme pour entrevoir la relation entre l’Église et le monde moderne. On oublie parfois que l’Église catholique est plus qu’un fournisseur de sacrements ou une autorité en matière d’éthique sexuelle. À une période où le monde des finances a de la difficulté à trouver un équilibre, nous pourrions nous inspirer des enseignements et des leçons de Populorum Progressio et ainsi contribuer à un développement durable pour tous les citoyens de notre planète.

Une visite appréciée.

Par Benoît Lévêque
[Benoît Lévêque est un jeune Français qui a effectué un stage à Télévision Sel + Lumière en 2007-2008. Il nous partage sa réflexion suite à la visite de Benoît SVI en France.]

Benoît XVI achevait lundi le 15 septembre son voyage en France et regagnait Rome en laissant une tout autre image de l’Église aux français. Les médias ont été conquis par la simplicité de ce pape et par la ferveur des foules dont l’affluence a dépassé les pronostiques les plus optimistes. De retour en France après avoir passé un an au sein l’équipe de Télévision Sel et Lumière, j’ai eu la chance de suivre le pape à Paris et à Lourdes pendant quatre jours. Je voudrais vous faire partager ce que j’ai vécu.

La veille de l’arrivée du pape, les journalistes s’interrogeaient sur la capacité d’un pape « timide et conservateur » de répondre aux attentes d’une Église « en déclin ». Ils attendaient aussi avec impatience la réponse du pape au discours controversé que le président français Nicolas Sarkozy avait prononcé à Rome l’an dernier. Il présentait le nouveau terme de « laïcité positive » par que l’État prenne mieux en compte le fait religieux mais sans remettre en cause la séparation de l’Église et de l’État.

Vendredi le pape a été reçu au palais de l’Élysée et a répondu au discours du président en insistant sur l’importance de la distinction entre le politique et le religieux, mais aussi en rappelant la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et pour la création d’un consensus éthique fondamental dans la société. Quelques heures plus tard le pape a prononcé un discours dense au Collège des Bernardins devant 700 représentants du monde de la culture. Dans son exposé le pape a rappelé l’origine de ce bâtiment du XIIIème siècle rénové par le diocèse de Paris pour en faire un lieu de rencontre entre l’Église et la société. En expliquant les motivations des moines qui ont bâtit les premières universités, il a démontré que la transmission et le développement de la culture européenne prend ses sources dans la quête de Dieu à travers l’interprétation des Écritures. Le désir du pape de faire dialoguer l’Église et le monde contemporain a été très bien reçu par des personnalités habituellement éloignés des positions de l’Église catholique.

Le pape a ensuite traversé cette foule dense en « papamobile » pour se rendre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris où près de 3000 prêtres, diacres, religieux, religieuses et séminaristes l’attendaient pour les vêpres. J’étais avec eux pour prier avec le pape. Dans ce moment j’ai pu sentir la proximité du pasteur avec son Église. Comme en écho à sa conférence donnée au collège des Bernardins le pape a longuement parlé dans son homélie de la cathédrale et de la signification de ce chef-d’œuvre dans l’histoire.  Puis il a offert une belle médiation sur l’importance de l’écoute de la Parole de Dieu dans la vie des personnes consacrées. Ce soir-là la Parole a raisonné sous les voûtes de Notre-Dame dans des chants d’une beauté simple et émouvante.

Après avoir donné sa bénédiction le pape est allé à la rencontre des nombreux jeunes rassemblés devant la cathédrale. Il leur a confié deux trésors, l’Esprit-Saint et la Croix et il leur a dit : « Je vous fais confiance, chers jeunes, et je voudrais que vous éprouviez aujourd’hui et demain l’estime et l’affection de l’Église ! Maintenant, nous voyons ici : l’Église vivante… ».

Les jeunes se sont ensuite rendus dans les églises de la ville pour des veillées de prière, et à minuit, ils ont formé un chemin de lumière qui est parti de la cathédrale vers l’esplanade des Invalides où se tenait la messe du lendemain. L’image de ces 40 000 jeunes marchant et priant le long de la Seine, au cœur de la ville endormie, était particulièrement saisissante. Le lendemain, une grande foule les a rejoints pour accueillir le Saint-Père. Ce qui m’a surpris c’est que les jeunes et les familles étaient largement majoritaires dans cette assemblée. Vous pouvez le constater vous-même en regardant les photos et les vidéos en ligne sur le site pape-france.org. J’ai été aussi témoin de la générosité des 10 000 volontaires qui se sont levé très tôt pour assurer la réussite de l’événement. Benoît XVI est arrivé en papamobile le samedi matin sur une esplanade noire de monde. La foule lui a réservé un accueil particulièrement chaleureux. La liturgie de la messe a favorisé la participation de l’assemblée car les chants étaient connus. Le pape a expliqué dans son homélie la signification de l’Eucharistie et il a lancé un nouvel appel aux jeunes «  qui se posent la question de la vocation religieuse ou sacerdotale : n’ayez pas peur ! N’ayez pas peur de donner votre vie au Christ ! ».

J’espère maintenant que cet appel que le pape a lancé quatre fois pendant son voyage sera entendu. J’ai remarqué que depuis quelques années que les jeunes et les familles sont de plus en plus présents dans les églises malgré la baisse du nombre de pratiquants. La venue spontanée d’une foule jeune à la rencontre du pape me laisse penser que ce n’est pas une illusion mais qu’une nouvelle génération de catholiques est en train de se lever. Ce qu’il s’est passé ce matin-là à Paris est indescriptible, une paix et une joie palpables régnaient dans cette foule. La personnalité du nouveau pape a séduit. Les gens ont été touchés par l’humilité et la simplicité de Benoît XVI. Il a laissé les foules prendre part à sa prière. Le pèlerinage du pape à Lourdes a été marqué par le caractère du lieu, c’est-à-dire le côté international et la présence des malades. Là encore le dimanche après-midi, lors de la procession du Saint-Sacrement le pape a partagé une belle méditation et a entraîné la foule à prier dans un très beau moment de silence. Il nous a montré que sa force est dans la prière. Maintenant que le pape est retourné à Rome, les catholiques de France fortifiés par cette rencontre, vont laisser Dieu agir encore un peu plus dans leurs vies. 

Photo: pape-france.org/ Conférence des évêques de France

Lourdes, lumière dans nos tâtonnements

par Sr Marie-Noëlle Chaumette

 

Pendant quatre jours l’église de France a vécu au rythme de Benoît XVI, l’accueillant chaleureusement.
Paris et Lourdes, villes on ne peut plus contrastées, ont été ses deux étapes.

Le pape a montré qu’il est capable de s’adresser à des intellectuels comme de faire des catéchèses simples s’adressant à tout le monde.

Pèlerin parmi les pèlerins Benoît XVI a effectué le chemin du jubilé qui va de l’église où Bernadette a été baptisée à l’église où elle a reçu le corps du Christ pour la première fois, en passant par le cachot, lieu misérable où elle a vécu avec ses parents et la grotte où la Vierge Marie lui est apparue.

Il faut dire que Benoît XVI a un lien particulier avec Bernadette de Lourdes car il est né le jour anniversaire de la mort de Bernadette : 16 avril. Il va souvent prier devant la statue de la Vierge Marie à la grotte de Lourdes dans les jardins du Vatican.

Les deux messes à Lourdes célébraient deux fêtes liturgiques : La Croix Glorieuse et Notre Dame des Douleurs, ce qui convenait bien à ce lieu « Lourdes est vraiment un lieu de lumière, de prière, d’espérance et de conversion…où les fidèles apprennent à percevoir leur vie comme une croix, à la ressemblance de la Croix Glorieuse du Christ » a-t-il dit.

Il a bien redit combien Marie, modèle pour la vie chrétienne, nous oriente vers le Christ. Lourdes est une lumière dans nos tâtonnements. Lieu de prière, de silence, de recueillement et de conversion.

Un pape, qui nous invite à réfléchir sur l’intelligence de la foi, à méditer la parole de Dieu et à répondre à l’appel de Dieu. Pape de l’intériorité.

Autant ses discours sur la laïcité feront date, autant ses attitudes de prière et d’intériorité seront un souvenir inoubliable. 

_________________

Télévision Sel+Lumière rediffusera en français les grands moments du voyage apostolique de Benoît XVI en France tout au long de la semaine qui vient:
 

Lundi 22 septembre (rediffusion des événements du 12 septembre)
 
15 h 30 Rencontre avec les représentants de l’État au Palais de l’Élysée (Dur.1h)
16 h 30 Rassemblement avec des représentants du monde de la culture au Collège des Bernardins (1h)

20 h Vêpres avec les religieux, prêtres, séminaristes et diacres à la cathédrale Notre-Dame
Salut aux jeunes sur le parvis de la cathédrale Notre Dame (2h)
 
Mercredi 24 septembre

20 h Messe sur l’esplanade des Invalides à Paris
(rappel jeudi 12 h 30, dur. 2h)
 
Vendredi 26 septembre
 
15 h 30 Messe pour le 150e anniversaire des apparitions, sur la Prairie  (3h)
 
20 h Rencontre avec les évêques de France (1h)
 
Samedi 27 septembre
 
19 h 30 Messe avec onction des malades en la basilique Notre-Dame (2h)
 
 Photo: D. Hubert, Conférence des évêques de France

Chère Mère Julienne…

mere-julienne-photo.JPG

par Jasmin Lemieux-Lefebvre

J’ai eu le grand honneur d’assister ce dimanche 14 septembre à l’ouverture officielle du procès diocésain de béatification et de canonisation de Mère Julienne du Rosaire, fondatrice des Dominicaines Missionnaires Adoratrices. L’Église de la Nativité de Notre-Dame à Québec était pleine à craquer pour cette cérémonie de près d’une heure et demie.

C’était pour moi la première fois que je vivais une telle ouverture. Droit canonique oblige, une bonne partie de la soirée était dédiée à la constitution du tribunal, serments et signatures. La liturgie entourant ces nécessités juridiques (les chants des Dominicaines inspirés des écrits de Mère Julienne étaient particulièrement touchants) a toutefois permis à la foule réunie de bien manifester sa ferveur. Les gens de Beauport ont bien connu Mère Julienne et elle venait souvent prier dans leur église. C’est en rencontrant ces gens qu’elle a côtoyés que l’on peut saisir la richesse de sa vie toute humble.

Je vous avoue qu’avant sa mention au Congrès eucharistique international, je ne connaissais pas Mère Julienne. J’apprends à découvrir une femme exceptionnelle, une mystique qui n’en laissait rien paraître, une passionnée du cœur eucharistique de Jésus.

C’est ce mercredi 17 septembre que débute la prochaine session du tribunal ecclésiastique qui entendra une foule de témoins dans cette cause.

On ne peut anticiper la décision de l’Église dans le cas de Mère Julienne, mais en assistant à la soirée d’hier, on ne pouvait que sentir l’impact extraordinaire qu’elle a eu dans sa communauté et chez tous ceux et celles qui l’ont connue.

Ne manquez pas Zoom mardi pour des images de cette ouverture mémorable.

Courageux Cardinal Turcotte

par Jasmin Lemieux-Lefebvre

Je me devais d’écrire quelques lignes, suite au barrage de critiques que l’archevêque de Montréal a dû essuyer cette fin de semaine. Le retour de sa médaille de l’Ordre du Canada juxtaposé à la décision de son diocèse de donner une bourse d’études à un prêtre ayant purgé sa peine dans un cas de pédophilie lui ont valu une charge bien en règle des éditorialistes et caricaturistes.

Quelle épreuve ce doit être pour lui de voir cette affaire éclater au moment de la publication d’un geste qui vise justement à protéger les petits.

On l’accuse de banaliser la pédophilie comme « une erreur de comportement », alors qu’il ne fait que répéter le verdict d’un centre de psychiatrie.

Les Églises diocésaines pourraient bien se passer des cas de pédophilie chez ses prêtres.
Ils nuisent terriblement à leur image, mais elles se doivent d’examiner cas par cas chacun d’entre eux. Elles ne peuvent les jeter à la poubelle. Plus de ministère pastoral pour certains, porte de sortie de la prêtrise pour d’autres; ce sont des décisions très difficiles.

La banalisation de cas de pédophilie chez des prêtres a oui, bel et bien existé en notre Église pendant trop longtemps. Je ne crois pas du tout que ce soit le cas ici. Prions pour nos évêques en proie à des jugements si difficiles, sans jamais oublier les victimes.

Sur certains sujets chauds: BXVI encourage les évêques de France

un résumé par Sébastien Lacroix

 

Après avoir célébré la messe du 150e anniversaire des Apparitions de la Vierge à Bernadette ce matin à Lourdes, Benoît XVI s’est entretenu avec l’épiscopat français pour les entretenir de certains thèmes pertinents à la vie de l’Église en France. Le pape a clairement manifesté son soutien à ses frère dans l’épiscopat, les encourageant à continuer d’oeuvrer en communion avec le successeur de Pierre. Les propos du Saint-Père sont d’abord pour l’Église de France, mais ils s’appliquent certainement à d’autres églises locales, comme, tiens donc, celle qui est au Québec.

La catéchèse

La catéchèse n’est pas d’abord affaire de méthode, mais de contenu, comme l’indique son nom même : il s’agit d’une saisie organique (kat-echein) de l’ensemble de la révélation chrétienne, apte à mettre à la disposition des intelligences et des cœurs la Parole de Celui qui a donné sa vie pour nous. De cette manière, la catéchèse fait retentir au coeur de chaque être humain un unique appel sans cesse renouvelé: « Suis-moi » (Mt 9, 9). Une soigneuse préparation des catéchistes permettra la transmission intégrale de la foi, à l’exemple de saint Paul, le plus grand catéchiste de tous les temps, vers lequel nous regardons avec une admiration particulière en ce bimillénaire de sa naissance. Au milieu des soucis apostoliques, il exhortait ainsi : « Un temps viendra où l’on ne supportera plus l’enseignement solide, mais, au gré de leur caprice, les gens iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau. Ils refuseront d’entendre la Vérité pour se tourner vers des récits mythologiques » (2 Tm 4, 3-4). Conscients du grand réalisme de ses prévisions, avec humilité et persévérance vous vous efforcez de correspondre à ses recommandations : « proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps … avec une grande patience et avec le souci d’instruire » (2 Tm 4, 2).

Les vocations

Pour proclamer la parole, affirme BXVI, il faut des collaborateurs. Reconnaissant pour toutes les initiatives réalisées par l’ensemble des fidèles, ils affirment:

L’Évêque et les communautés de fidèles doivent, pour ce qui les concerne, favoriser et accueillir les vocations sacerdotales et religieuses, en s’appuyant sur la grâce que donne l’Esprit Saint pour opérer le discernement nécessaire. Oui, très chers Frères dans l’épiscopat, continuez à appeler au sacerdoce et à la vie religieuse, tout comme Pierre a lancé ses filets sur l’ordre du Maître, alors qu’il avait passé la nuit à pêcher sans rien prendre (cf. Lc 5, 5).

Il demande également aux évêques de se faire proche de leurs prêtres, de les écouter, de les appuyer, mais surtout, de les aimer.

La liturgie

[Read more…]

260 000 Français à la messe aux Invalides

par Sébastien Lacroix

3 heures du matin sur l’esplanade des Invalides: 60 000 jeunes passent la nuit à la belle étoile. Ils attendent leur pape. À 9 heures, 200 000 personnes remplissaient l’esplanade, 60 000 autres ont été dirigées place Vauban, non loin derrière. Des jeunes, des familles, ils étaient venus de toutes les régions pour célébrer avec Benoît XVI.

Le Saint-Père a profité de son homélie pour lancé un vibrant appel aux jeunes: ‘N’ayez pas peur de donner votre vie au Christ! »

Nous publions ici le texte complet de l’homélie de ce matin:

Monsieur le Cardinal Vingt-Trois,
Messieurs les Cardinaux et Chers Frères dans l’Épiscopat,
Frères et soeurs dans le Christ,

Jésus-Christ nous rassemble en cet admirable lieu, au coeur de Paris, en ce jour où l’Église universelle fête saint Jean Chrysostome, l’un de ses plus grands Docteurs qui par son témoignage de vie et son enseignement, a montré efficacement aux chrétiens la route à suivre. Je salue avec joie toutes les Autorités qui m’ont accueilli en cette noble cité, tout spécialement le Cardinal André Vingt-Trois, que je remercie pour ses aimables paroles. Je salue aussi tous les Évêques, les Prêtres, les Diacres qui m’entourent pour la célébration du sacrifice du Christ. Je remercie toutes les Personnalités, en particulier Monsieur le Premier Ministre, qui ont tenu à être présentes ici ce matin ; je les assure de ma prière fervente pour l’accomplissement de leur haute mission au service de leurs concitoyens.

La première Lettre de saint Paul, adressée aux Corinthiens, nous fait découvrir, en cette année paulinienne qui s’est ouverte le 28 juin dernier, à quel point les conseils donnés par l’Apôtre restent d’actualité. « Fuyez le culte des idoles » (1Co 10, 14), écrit-il à une communauté très marquée par le paganisme et partagée entre l’adhésion à la nouveauté de ‘Évangile et l’observance de vieilles pratiques héritées de ses ancêtres. Fuir les idoles, cela voulait dire alors, cesser d’honorer les divinités de l’Olympe et de leur offrir des sacrifices sanglants. Fuir les idoles, c’était se mettre à l’école des prophètes de l’Ancien Testament qui dénonçaient la tendance humaine à se forger de fausses représentations de Dieu. Comme le dit le Psaume 113 à propos des statues des idoles, elles ne sont qu’ « or et argent, ouvrages de mains humaines. Elles ont une bouche et ne parlent pas, des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas, des narines et ne sentent pas » (4-5). Hormis le peuple d’Israël, qui avait reçu la révélation du Dieu unique, le monde antique était asservi au culte des idoles. Très présentes à Corinthe, les erreurs du paganisme devaient être dénoncées, car elles constituaient une puissante aliénation et détournaient l’homme de sa véritable destinée. Elles l’empêchaient de reconnaître que le Christ est le seul et le vrai Sauveur, le seul qui indique à l’homme le chemin vers Dieu.

[Read more…]

Benoît XVI à Paris

par Sr Marie-Noëlle Chaumette

 

Benoît XVI accomplit un véritable marathon à Paris pour sa première visite en France. Cependant tout se passe sous le signe de retrouvailles. En effet,  ce pape, grand théologien, francophile de surcroît, est venu de nombreuses fois dans cette ville où il a étudié, enseigné, il se sent donc très à l’aise. Ses deux premiers discours l’un à l’Elysée et  l’autre au collège des Bernardins en témoignent

Paris est aussi une importante étape car Benoît XVI peut ainsi rencontrer le peuple de France. En effet, il vint afin de fêter le jubilé des apparitions de la Vierge Marie à Lourdes,  sanctuaire marial plus universel.

Quel geste extraordinaire d’avoir choisi Benoît XVI comme premier invité au Collège des Bernardins, projet cher au regretté Cardinal Jean-Marie Lustiger. Cette institution a pour vocation d’offrir un lieu pour le dialogue intellectuel et spirituel. Aujourd’hui plus de 700 intellectuels dont deux anciens présidents de la République et plusieurs représentants des communautés musulmanes ont écouté l’intervention du pape, c’était un moment de grâce…

Cette visite se passe dans une joie tranquille, un peu à l’image de Benoît XVI. Que cette joie l’accompagne durant tout son séjour.

BXVI aux jeunes Français: « L’Église vous fait confiance! »

Le pape Benoît XVI est en France jusqu’à lundi pour une visite apostolique de quatre jours. À Paris , du le parvis de la cathédrale Notre-Dame, il s’est adressé aux milliers de jeunes qui l’attendait après la prière des vêpres. 

Chers jeunes,
Après le recueillement priant des Vêpres à Notre-Dame, c’est avec enthousiasme que vous me saluez ce soir, donnant ainsi un caractère festif et très sympathique à cette rencontre. Elle me rappelle celle inoubliable de juillet dernier à Sydney, à laquelle certains d’entre vous ont participé à l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse. Ce soir, je voudrais vous parler de deux points profondément liés l’un à l’autre, qui constituent un véritable trésor où vous pourrez mettre votre cœur (cf. Mt 6, 21).

[Read more…]