Comment combattre la tentation ?

2 mars 2017
Une réflexion pour le premier dimanche de carême
Il peut sembler presque scandaleux de penser que Jésus a été tenté. Souvent, on considère la tentation comme quelque chose de honteux, quelque chose qui nous arrive seulement à nous et non pas aux autres, quelque chose qui nous éloigne de Dieu.
Mais dans l’Évangile pour ce premier dimanche du Carême, voici Jésus tenté dans le désert (Matthieu 4,1-11). Jésus est conduit au désert où Il doit subir les tactiques manipulatrices et déroutantes du diable.
Jésus était comme nous en toutes choses excepté le péché. Mais le péché et la tentation ce sont deux choses différentes. Jésus a été tenté. Il n’a pas péché. Quelle leçon pouvons-nous en tirer dans notre propre combat contre la tentation ? Comment éviter le péché lorsque nous subissons la tentation ?
Vivre avec Dieu c’est pas du gâteau ! Parfois, nous avons une image de l’Église comme étant un lieu d’ hymnes angéliques et de fleurs paradisiaques où les pieux polissent leur perfection et vénèrent des grands saints qui ont vécu d’une manière remarquablement héroïque. Mais cela n’est pas la vie spirituelle !
La vie spirituelle c’est un combat. C’est dur. C’est un travail acharné. Nous ne sommes pas Dieu, pourtant Dieu veut nous façonner de plus en plus comme Lui-même. Cela apporte une joie immense, mais aussi des douleurs liées à la croissance. La vie spirituelle exige un effort de notre part, mais elle nécessite aussi la grâce de Dieu. Nous serons tentés, mais cela ne scandalisera jamais Dieu. Dieu veut nous secourir afin que nous puissions surmonter nos tentations pour notre propre bien. Dieu ne nous tente pas ; Dieu nous aide à traverser nos tentations. Nous ne pouvons pas réussir seuls ; nous avons besoin de Dieu.
Jésus ayant rejeté les avances séduisantes du diable pour la troisième fois, on peut lire : « Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient » (Mt 4,11). La conclusion de ce récit de l’Évangile c’est que la tentation n’est pas interminable. Dieu a toujours le dernier mot. Sa grâce vaincra finalement. Le diable ne sera pas vainqueur : les anges se hâtent.
Inspiré par ce récit de l’Évangile, voici trois moyens pratiques qui pourraient nous aider à éviter et à surmonter la tentation lors de cette saison de carême.
Premièrement, prier Dieu. Priez pour obtenir Sa grâce afin de combattre ce qui est tentant. Demandez Sa miséricorde. Dieu est avec vous et Il vous aime. Il n’est pas scandalisé ni découragé par l’imperfection. La prière nous ouvre à recevoir le secours de Dieu ; également elle nous rapproche de Dieu.
Deuxièmement, prendre des mesures pratiques. Pour certaines tentations qui reviennent encore et encore, trouvez des moyens concrets pour les surmonter et les éviter peut beaucoup aider. Par exemple, la tentation de manger un Babana split disparaît lorsqu’il n’est plus devant nos yeux. Enlevez le Banana split qui vous tente. Tournez-lui le dos ! Trouvez des façons d’éviter ce désert sucré et glacé. Voyez-le pour ce qu’il est dans le fond : du lait, froid et glacé, accompagné d’un fruit quelconque et couvert d’ un coulis brun qui augmente les risques de diabète. Cela pourrait sembler extrême lorsqu’on parle des desserts laitiers, mais cela peut être utile quand même.
Troisièmement, voir avec la perspective de Dieu. Reconnaissez que vous êtes enfant de Dieu. Voyez que Dieu vous appelle à la sainteté. « Le Seigneur prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion » (2 Pierre 3,9). Voyez comment votre sainteté est plus précieuse que ce qui paraît attirant dans la tentation. La valeur de l’or augmente et ne diminue point lorsque l’or est purifié par le feu. Surmonter la tentation nous rend plus forts, non pas plus faibles. La tentation devient péché au moment où nous engageons notre volonté et donnons notre « oui ». Le fait qu’une mauvaise pensée nous arrive n’est pas le péché. Être attiré vers quelque chose de mauvais n’est pas le péché. Dire « oui » à cette attirance mauvaise c’est ça le péché.
Même quand nous péchons, nous ne sommes pas sans espérance. Nous avons un Sauveur qui a été Lui-même tenté comme nous. « En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché. Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours » (Hébreux 4,15-16). Que Jésus notre Seigneur fortifie notre détermination à devenir saint et nous apporte Sa miséricorde tout au long de cette période du carême. Surtout quand nous en avons le plus grand besoin, approchons le Trône de la grâce avec assurance. Le Seigneur est là pour nous secourir dans la bataille. Lui, Il a déjà gagné la guerre.
À lire aussi
Cette semaine à Église en sortie, nous vous présentons une entrevue avec le père Timothy Scott c.s.b. sur l’implication de la Conférence religieuse dans les relations de l’Église avec les peuples autochtones du Canada. On vous présente un reportage sur la Journée de rencontre avec les premières nations organisée à l’Institut pastoral des dominicains de ...lire la suite
FacebookTwitter
Messe au studio de Télévision S+L Jeudi de la troisième semaine du carême  « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. » Luc 11,17 L’une des réalités de la vie dans cette première partie du XXIe siècle est la prévalence de la polarisation. Ce manque d’unité existe à de ...lire la suite
FacebookTwitter
Une réflexion pour le quatrième dimanche du Carême Il est difficile d’imaginer à quel point la vie serait différente si nous étions nés aveugles. Comment fonctionnerions-nous ? Comment percevrions-nous le monde ? Mais est-ce que la cécité physique est la seule sorte d’aveuglement ? S’agit-il du pire type d’aveuglement ? Le quatrième dimanche du Carême nous montre que ce ...lire la suite
FacebookTwitter
Quatrième parole « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Matthieu 27, 45-46 1. Nous nous concentrons sur les trois dernières heures de Jésus sur la croix. Marc met l’accent sur le fait qu’Il fut cloué à la croix à 9 heures du matin. Il y a beaucoup de différences dans les récits des ...lire la suite
FacebookTwitter
Quatrième dimanche du Carême, Année A – 26 mars 2017 1 Samuel 16,1.6-7.10-13a Éphésiens 5,8-14 Jean 9,1-41 Le très beau récit tiré aujourd’hui de l’Évangile de Jean (Jean 9,1-41) nous parle de fixer le visage de Jésus, de laisser les écailles de l’aveuglement tomber de nos yeux, de faire l’expérience de son pouvoir de guérison ...lire la suite