Attentat à Nice : réactions de l'Église catholique

15 juillet 2016
L’horreur a encore frappé en France. Après Paris, c’est cette fois-ci c’est la ville de Nice, station balnéaire prisée des touristes, dans le sud du pays, qui était visée par une attaque terroriste ce 14 juillet, jour de fête nationale. Ce soir-là, de nombreuses personnes étaient rassemblées sur la Promenade des Anglais, en bord de mer, pour célébrer la fête nationale et assister au feu d’artifice. À peine terminé, le spectacle tourne au cauchemar lorsqu’un homme au volant d’un camion force un barrage et s’élance dans une course folle sur 2 kilomètres en percutant la foule. Le chauffeur, un tunisien de 31 ans connu des services judiciaires, a par ailleurs ouvert le feu sur les passants, avoir d’être abattu par la police. Au total, au moins 84 personnes ont perdu la vie dans cet attentat. 202 personnes ont été blessées et 52 sont aujourd’hui en état d’urgence absolue.
Face à cette horreur les réactions et les gestes de soutien et de solidarité se sont multipliés. À Rome, le cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, a évoqué la profonde tristesse du pape François : « Alors que la France célébrait sa fête nationale, la violence aveugle a encore frappé le pays à Nice, faisant de nombreuses victimes dont des enfants. Condamnant à nouveau de tels actes, Sa Sainteté le Pape François exprime sa profonde tristesse et sa proximité spirituelle au peuple français. Il confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie, et il s’associe vivement à la peine des familles endeuillées. Il exprime sa sympathie aux personnes blessées, ainsi qu’à toutes celles qui ont contribué aux secours, demandant au Seigneur de soutenir chacune dans cette épreuve. Implorant de Dieu le don de la paix et de la concorde, il invoque sur les familles éprouvées et sur tous les Français le bienfait des Bénédictions divines ».
De son côté le porte-parole du Saint-Siège condamne, avec le Pape, « de la manière la plus absolue, toute manifestation de folie homicide, de haine, de terrorisme et toute attaque contre la paix ».
Dans un communiqué, la Conférence des évêques de France dit « s'associer à la douleur des proches et des familles des victimes et les assure de ses pensées et de ses prières ». La CEF dénonce par ailleurs un « odieux attentat »  qui vient « s’ajouter à la triste liste d’actes terroristes qui endeuillent notre pays et d’autres pays dans le monde depuis de nombreux mois. Quel qu’en soit le motif, cette barbarie est inacceptable, intolérable ».
L’évêque de Nice, Mgr André Marceau, a quant à lui célébré la messe ce vendredi soir à la cathédrale Sainte Réparate en hommage aux victimes de cet attentat. Plus tôt dans la journée, il livrait sa réaction au micro de RCF, pour dire « la force du cœur de l’Homme », et pour assurer que « la mort n’aura pas le dernier mot ».
À lire aussi
FacebookTwitter
Messe au studio de Télévision S+L Jeudi de la troisième semaine du carême  « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. » Luc 11,17 L’une des réalités de la vie dans cette première partie du XXIe siècle est la prévalence de la polarisation. Ce manque d’unité existe à de ...lire la suite
FacebookTwitter
Ce mercredi matin, 22 mars 2017,  avait lieu le lancement montréalais du plus récent album de Mario Pelchat intitulé « Agnus Dei ». Enregistré avec la collaboration de trois séminaristes, quatre prêtres et un évêque de l’archidiocèse de Québec, ce disque original nous fait revisiter une tradition musicale aussi riche qu’enracinée dans la culture québécoise. Je ne ...lire la suite
FacebookTwitter
Honorables hôtes, Je vous remercie de votre présence, ce soir, à la veille du 60ème anniversaire de la signature des Traités fondateurs de la Communauté Economique Européenne et de la Communauté Européenne de l’Energie Atomique. Je désire signifier à chacun l’affection que le Saint Siège nourrit pour vos pays respectifs et pour toute l’Europe, aux ...lire la suite
Éclairage dans cette émission sur le rôle de l’Église durant la seconde guerre mondiale, dans le contexte de le béatification, le 18 mars dernier, d’un opposant au nazisme. ...lire la suite
FacebookTwitter
Quatrième parole « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Matthieu 27, 45-46 1. Nous nous concentrons sur les trois dernières heures de Jésus sur la croix. Marc met l’accent sur le fait qu’Il fut cloué à la croix à 9 heures du matin. Il y a beaucoup de différences dans les récits des ...lire la suite